in ,

6 règles d’or reconnues par la science pour être plus heureux

Crédits : Pixabay
6 règles d’or reconnues par la science pour être plus heureux
noté 5 - 1 vote

Comment être heureux ? C’est une question que beaucoup se posent, y compris les scientifiques. Sachez qu’il existe de nombreux moyens de trouver la voie du bonheur. Certains modes de vie et comportements ont un réel pouvoir de boost sur votre corps et votre esprit. C’est en tout cas ce qu’ont réussi à prouver plusieurs études scientifiques, notamment les neurosciences, qui affirment que ces comportements ou exercices particuliers dopent les niveaux de dopamine et de sérotonine dans notre corps. Voici donc 6 conseils de scientifiques pour être plus heureux naturellement, sans médicament !

1) Promenez-vous dans la nature

Oui les balades en nature vous rendent plus heureux, avis à bon entendeur ! Selon des études assez récentes menées par des chercheurs de l’université de Stanford, en Californie aux Etats-Unis, les promenades en nature nous rendent heureux, et cet effet est décuplé quand le soleil brille. Ces chercheurs ont également démontré que la marche à pied en pleine nature favorise la créativité et sur le plan physique, elle améliorerait l’inspiration de 60 %. Une bonne raison de laisser la nature propre pour vos prochaines visites !

lake-tahoe-pixabay

2) Faites du sport !

Dansez, sautez, courez, passez l’aspirateur, bref bougez ! L’exercice physique chasse les pensées négatives et libère un neurotransmetteur : la dopamine, qui est chargée de transmettre l’information chimique entre les neurones de notre cerveau. C’est la molécule qui se cache derrière nos sentiments, sensations, désirs, et comportements. Après un exercice physique, le taux de dopamine augmente, ainsi que la sensation de calme et la capacité de concentration. D’après une étude américaine parue dans la revue Translational Psychiatry, le fait de combiner des séances de méditation et de sport deux fois par semaine pendant 2 mois réduit de 40% les symptômes de la dépression.

3) Écoutez de la bonne musique

Selon des scientifiques canadiens de l’University Mc Gill, la musique libère également de la dopamine dans le cerveau qui peut même provoquer des frissons. Elle active les circuits neuronaux du plaisir et de la récompense tout comme pour le plaisir lié à la nourriture, aux drogues ou au sexe. C’est pourquoi la musicothérapie est utilisée pour soulager la douleur, entre autres applications médicales.

concert danser pixabay

4) Mangez du chocolat

C’est bien connu et on sera tous d’accord ou presque pour confirmer que le chocolat, c’est bon pour le moral ! D’après une étude publiée en 2013 dans le journal Obesity, le chocolat est un excellent remède naturel pour doper le moral et lutter contre la fatigue car sa consommation entraîne une augmentation de la dopamine. Préférez le chocolat noir biologique contenant au moins 70% de cacao, une source importante de phényléthylamine (PEA), un dopant qui provoque lui aussi la sécrétion de dopamine.

chocolat pixabay

5) Soyez plus altruiste

Le lien social est l’un des piliers du bonheur individuel et collectif. Si vous rendez quelqu’un heureux, cela vous rendra heureux. L’altruisme, ou plus communément, l’entraide ou la solidarité, libère beaucop de dopamine dans notre cerveau. Offrir un pain au chocolat ou un travail au sans-abri que vous voyez tous les jours, aider une personne âgée à monter dans le bus, aider une mère à descendre des escaliers avec sa poussette, sont autant de petits exemples pour venir en aide à son prochain. Pensez aux autres et les aider, ça rend heureux parce qu’on se sent utile.

6) Revivez vos souvenirs positifs par la méditation

D’après une étude menée par des chercheurs de l’université de Liverpool en Grande-Bretagne, le fait de se concentrer dans le but de se rappeler de bons souvenirs génère des émotions positives. C’est une forme de méditation qui peut amener à développer de la bonté et de bienveillance pour soi-même et autrui. Cet état d’esprit permet aussi de réagir plus paisiblement dans les situations de conflit.

Source