8 conseils pour améliorer votre fertilité au naturel !


Vous essayez d’avoir un bébé depuis quelques temps et pour le moment rien n’a encore fonctionné ? Si vous vous posez des doutes sur votre fertilité, peut-être devriez-vous donner une chance à quelques habitudes simples avant de consulter un spécialiste. Nous espérons que ces quelques conseils vous permettront d’augmenter vos chances !

1) Contrôlez votre poids

Qu’on soit mince ou en surpoids, il suffit parfois de perdre ou de prendre quelques kilos pour devenir plus fécond(e). Idéalement, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, notre indice de masse corporelle (IMC) normal doit se situer entre 18,5 à 25 (IMC = poids/(taille en mètre)². En-dessous de cette tranche vous êtes considéré(e) comme maigre et au-dessus, en surpoids.

Le risque de ne pas pouvoir concevoir d’enfant après un an d’essais restés vains augmente de 30% en cas de surpoids et de 80% en cas d’obésité.

La maigreur peut également représenter un frein à la conception. En effet, les ovaires ont besoin d’une certaine masse de muscles et de graisse. Les conséquences de la maigreur sur la fertilité sont presque les mêmes qu’en cas de surpoids : troubles de l’ovulation et diminution des chances de réussite des FIV.

Idem pour les sportives de haut niveau, notamment dans les sports d’endurance, qui peuvent avoir les mêmes problèmes en raison d’une masse musculaire trop élevée par rapport à la masse de graisse.

2) Faites du sport (mais pas trop)

L’activité physique ou sportive aurait des effets bénéfiques et prouvés sur le fonctionnement ovarien. Attention cependant à ne pas trop en faire au risque d’avoir une masse musculaire trop importante par rapport à la masse graisseuse, aussi nécessaire à la fécondité.

3) Éliminez les produits toxiques, mangez bio

Consommez et utilisez des produits naturels et biologiques autant que vous pouvez !
Le but est d’éviter au maximum de vous exposer à des produits toxiques, qui concernent principalement les perturbateurs endocriniens, ces composés chimiques capables de mimer l’action de certaines hormones.

Ces perturbateurs endocriniens sont présents partout dans notre quotidien : notre alimentation aux pesticides, nos cosmétiques (shampoings, gels douches, déos, etc.), nos produits d’entretien, herbicides, solvants, plastiques alimentaires, etc.
Ils interagissent entre eux, avec un impact sur la santé à long terme difficile à évaluer.

4) Arrêtez de fumer

Le fait de fumer provoque une diminution de la quantité d’ovocytes dans les ovaires pour les femmes, ainsi qu’une réduction du taux d’implantation des embryons, et des complications pouvant être graves pour le futur bébé (accouchement prématuré, faible poids de naissance, problèmes pulmonaires, etc.)

5) Buvez moins d’alcool

La recherche scientifique et différentes études ont mis au jour les conséquences de la consommation d’alcool sur la fertilité et la fécondité.

Abstenez-vous de boire de l’alcool quotidiennement si c’est le cas, et arrêtez les excès de consommation importante, même accidentels.

6) Moins de café, plus de bière !

La consommation régulière de caféine aurait pour effet de diminuer les chances de réussite des FIV et une baisse du nombre d’ovocytes et du taux de fécondation.

Ce sont les conclusions d’une étude américaine menée de 2007 à 2013 par des chercheurs de l’Ecole de Santé Publique d’Harvard sur 105 hommes de 37 ans en moyenne, engagés dans 214 procédures de fécondations in vitro (FIV) au Centre Général de Fertilité du Massachusetts.

Selon les résultats de l’étude, les hommes buvant une pinte de bière par jour ont 57% plus de chances de féconder et d’aboutir une FIV que ceux qui en boivent moins (28%). La consommation de café aurait quant à elle un impact négatif sur la fertilité masculine. Selon les chercheurs, les hommes qui boivent peu de café ont 52% de chances de réussite en plus que les gros buveurs de café , alors que les plus gros buveurs (un mug et demi de café par jour), n’en ont que 19%.

Messieurs, vous avez désormais une bonne excuse pour boire une bière par jour ! Par contre pour le café, il est recommandé de se limiter à 2 tasses (et non 2 mugs) de café ou de thé par jour, et d’éviter les boissons caféinées et énergisantes.

Trinquer à la bière

7) Messieurs, restez au frais !

Les testicules et spermatozoïdes de ces messieurs supporteraient mal la chaleur, leur température idéale de fonctionnement se situe à 35°C.  Les températures excessives diminueraient ainsi la qualité du sperme et aurait un impact négatif sur la fertilité masculine.

8) Mangez des fruits et des légumes

Sans toutefois devenir végétalien car le sperme a aussi besoin de protéines et de fer, et donc de viande, manger des fruits et légumes biologiques (pour éviter les pesticides) riches en vitamines améliorerait la qualité du sperme.

Les vitamines A (carottes) et E (poivrons, amandes, avocats) jouent un rôle clé dans la qualité du sperme.
Les vitamines D (soleil, foie de poissons gras) et C (agrumes) améliorerait la mobilité et la morphologie des spermatozoïdes.

Source



log in

reset password

Back to
log in