in

Accros au smartphone : quels risques pour la santé mentale ?

Crédits : anyaberkut - iStock
Accros au smartphone : quels risques pour la santé mentale ?
noté 5 - 2 votes

Aujourd’hui, les enfants demandent un smartphone de plus en plus tôt. Même s’il peut être difficile de leur refuser quand tous leurs amis en sont déjà équipés, la question est de tenter de déterminer quelles sont les conséquences potentielles d’une addiction au smartphone sur leur santé. Des chercheurs ont décidé de s’intéresser au sujet, voici leurs conclusions !

Les effets des ondes sur le cerveau humain

Cette nouvelle étude devrait tous nous interpeller. Elle a été présentée lors de la 103ème réunion annuelle du RSNA, Radiological Society of North America (Société Radiologique d’Amérique du Nord), qui avait lieu du 26 novembre au 1er décembre 2017 à Chicago. Ce congrès réunit chaque année plus de de 54.000 radiologues du monde entier aux Etats-Unis. Ces professionnels font partie des personnes les plus exposées aux ondes dans le cadre de leur métier, c’est pourquoi il se sont intéressés à leurs effets sur la santé humaine.

D’après les résultats de l’étude menée par le Professeur Hyung Suk Seo, chercheur à l’université de Corée à Séoul, l’addiction des adolescents à leur téléphone et à Internet entraînerait un déséquilibre chimique dans leur cerveau qui les prédisposerait à la dépression et à l’anxiété.

Le docteur Hyung Suk Seo est professeur de neuroradiologie en Corée du Sud. Dans le cadre de leur étude, lui et son équipe ont utilisé un nouveau type d’IRM qui mesure la composition chimique du cerveau. 38 adolescents ont participé à cette étude : 19 volontaires (10 filles, 9 garçons) âgés de 15 ans en moyenne et dépendants d’internet ou du smartphone et 19 témoins en bonne santé, de même âge et de même sexe, mais non accros à ce type de technologie.

Les résultats des chercheurs ont soulevé que les adolescents addicts à leur téléphone présentaient des taux anormalement élevés de certaines substances à l’origine de la dépression, de l’anxiété, d’insomnies ou de comportements impulsifs.

Des ondes qui agissent sur les neurotransmetteurs

Ces substances sont deux neurotransmetteurs :

  • le GABA, qui a pour effet d’inhiber ou de ralentir les signaux envoyés au et par le cerveau (vision, motricité, anxiété…)
  • et le glutamate-glutamine (Glx), qui provoque l’excitation électrique des neurones.

Selon les résultats de l’étude du docteur Hyung Suk Seo, le rapport entre le GABA et le Glx avait significativement augmenté dans le cerveau chez les jeunes utilisateurs invétérés de smartphones. Or, si le taux de GABA est trop important, il peut entraîner des effets secondaires comme la somnolence et l’anxiété.

Toutefois, l’étude a également soumis les adolescents à une thérapie comportementale (suivi régulier par un psychothérapeute), et ce traitement a montré ses bienfaits dans la diminution ou la normalisation des taux de GABA et de Glx chez les jeunes addicts.

Ce problème pourrait à terme représenter un réel problème de santé publique puisque 82% des Américains utilisent un smartphone et parmi les 73% d’adolescents américains à avoir un smartphone, 92% d’entre eux déclarent se connecter à Internet tous les jours.

En France, nous sommes 77% à détenir un smartphone et 74% à avoir un ordinateur portable. En une journée, les Français consulteraient leur smartphone en moyenne 26,6 fois mais les plus jeunes (18-24 ans) l’utiliseraient 50 fois par jour ! Sans compter que 81% des Français utilisent leur smartphone pendant les repas de famille ou lorsqu’ils sont entre amis.

Source

Articles liés :

Enfants et écrans : la règle du 3-6-9-12 qu’il faut connaître

Les nouvelles technologies ont-elles des effets sur notre santé mentale ?

Enfants devant les écrans : des risques plus graves que prévu