,

Allaitement : les 5 avantages indéniables

Crédits : Pixabay
Allaitement : les 5 avantages indéniables
Notez cet article

Alors que les études sur les bienfaits du lait maternel se multiplient, 2 femmes sur 3 allaitent leur bébé en France. Alors pour convaincre le tiers des jeunes mères qui choisissent de ne pas allaiter, voici 5 bienfaits à connaître pour la santé du bébé ou celle de la maman.

1) Bon pour le système immunitaire

Le lait maternel est composé d’eau, de glucides, de lipides, de protéines, de sels et d’oligoéléments, des nutriments essentiels à l’alimentation du nourrisson pendant ses 6 premiers mois. De plus, des anticorps favorisent ses défenses immunitaires et limitent le risque de maladies.

Plusieurs études ont pu montré que le risque d’otites, d’allergies, de diarrhées ou de gastro-entérites est moins élevé chez les bébés allaités. Le lait maternel serait donc un puissant allié défenseur du système immunitaire, et il aurait un effet protecteur contre les réactions inflammatoires.

2) L’allaitement peut prévenir l’asthme

Chez les enfants porteurs d’un gène les prédisposant à l’asthme seraient mieux protégés contre cette maladie respiratoire s’ils ont été nourris au sein. Les chercheurs ne savent pas encore comment expliquer le fait que le lait maternel agit sur l’expression de ce gène mais de nouvelles études devraient bientôt les éclairer davantage sur le sujet.

3) Bébé allaité = QI plus élevé ?

D’après une étude publiée en mars 2015 dans The Lancet, il pourrait y avoir un lien entre l’intelligence et le lait maternel. Dans le cadre de cette étude, les adultes qui avaient été allaités pendant leurs premiers mois avaient en moyenne un QI supérieur de trois points par rapport à l’échantillon de ceux qui ne l’ont pas été.

Comme explication, les chercheurs de l’étude ont soumis l’hypothèse que les femmes qui allaitent auraient tendance à rester plus longtemps à domicile et donc à passer plus de temps avec leur bébé, ce qui pourrait favoriser leur éveil. Dans ce cas, le lien pourrait ne pas être le lait maternel mais le lien fort avec un parent et l’éveil avancé qui en découle, ou les deux !

4) Vous pouvez manger ce qu’il vous plaît

Après vous être privée de fromages et de charcuterie ou encore de crevettes pendant 9 mois, vous aller pouvoir retrouver votre liberté de manger ce qu’il vous plaît ! Evidemment, mieux vaut éviter de boire de l’alcool et de fumer mais vous pourrez au moins regoûter à de nombreux plaisirs. Toutefois, attention à ne pas manger trop gras, trop salé ou trop sucré afin d’éviter la prise de poids rapide.

Le déséquilibre alimentaire n’aurait pas d’incidence sur la qualité du lait. Mais si vous suivez un régime très pauvre en calories pendant des semaines, la quantité de lait sera diminuée.

Attention aux médicaments, vérifiez auprès de votre médecin si vous pouvez prendre tel ou tel médicament, notamment s’ils sont associés.

5) L’allaitement peut prévenir le cancer du sein

Même l’allaitement peut parfois être douloureux, surtout les premières semaines, cet acte pourrait vous protéger d’un cancer du sein.

Dans le monde, 20.000 décès causés par des cancers du sein pourraient être évités si les mères étaient plus nombreuses à allaiter. L’allaitement pendant les 12 premiers mois diminuerait ainsi le risque de cancer du sein de 4,3% pour les mères.

D’après la même étude, l’allaitement protégerait aussi contre le cancer de l’ovaire, s’il est pratiqué sur de « longues périodes ». Les périodes allongées d’aménorrhées, en cas d’allaitement, sont un facteur connu pour diminuer le risque de ces deux types de cancer.

En cas de douleur aux seins ou aux mamelons après plus d’une ou deux semaine(s), consultez pour vérifier l’absence d’anomalie et la bonne pratique de la tétée.

Source