in

Les animaux, nouveaux remèdes naturels ?

Crédits : Klimkin - Pixabay
Les animaux, nouveaux remèdes naturels ?
noté 5 - 1 vote

Plusieurs études ont démontré que la proximité d’animaux peut avoir des effets positifs sur les patients en psychiatrie. L’hôpital Philippe Pinel à Amiens, a déjà accueilli 259 patients depuis 2010 en cynothérapie, une branche de la zoothérapie qui utilise les chiens. La présence du chien aide les malades à s’ouvrir davantage sur l’extérieur et à guérir plus vite. Cet hôpital reste aujourd’hui le seul en France à proposer la cynothérapie. 

Qu’est-ce que la zoothérapie ?

La zoothérapie consiste à mettre des animaux (chiens, chats, lapins, canaris, chevaux, lamas, etc.) ou un animal sous la responsabilité d’un patient afin de l’aider à surmonter ou à alléger ses troubles mentaux.

Les premières études sur le sujet sont menées aux Etats-Unis dans les années 1960 par le pédopsychiatre Boris M. Levinson. Celui-ci utilise le chien comme « co-thérapeute » avec les enfants atteints de troubles psychiatriques.

Une autre étude conduite par Samuel et Elizabeth Corson, psychiatres, a montré que dans un groupe de 50 patients en psychiatrie qui bénéficiaient chacun du soutien d’un chien, seuls trois sont restés indifférents, alors que la capacité à communiquer avec d’autres personnes était améliorée pour les 47 autres.

Le même genre d’étude a été mené avec succès avec d’autres types d’animaux : des chats, des oiseaux, des hamsters, des perruches…
Dès les années 1980, des chercheurs américains constatent l’effet antistress de la présence des chiens sur les personnes, qu’elles soient malades ou en bonne santé. Pendant un câlin avec l’animal, la pression sanguine de la personne diminue.

Les animaux contre les troubles psychiatriques et mentaux

L’équinothérapie, ou la thérapie par la fréquentation des chevaux, permet de proposer approche ludique, hors des institutions traditionnelles. L’équitation et le soin de l’animal renforcent le lien avec le cheval.

Le contact avec les chiens a également permis des progrès chez les enfants autistes pour trois grandes catégories de symptômes (troubles de la communication, difficultés dans les interactions sociales, comportements restrictifs ou répétitifs). Le lien exclusif avec l’animal amène l’enfant à acquérir ou à renforcer ses capacités verbales.

Les patients atteints de dépression, de troubles psychiatriques, par la maladie d’Alzheimer, de Parkinson, de la trisomie 21, les victimes d’un AVC ou les personnes autistes peuvent prétendre à ce genre de thérapie naturelle.

Le lien avec un animal permet au patient de développer une communication non verbale. L’échange coordonné avec l’animal (exemple : une caresse à un chat le fait ronronner), déclenche un stimulus psycho-affectif chez la personne. Selon les principes de l’éthologie, l’étude scientifique du comportement des espèces animales et humaine, les animaux et surtout les chiens ressentent des émotions, comme la compassion.

D’après les études, seule une minorité de patients atteints de troubles mentaux ou psychiatriques reste hermétique (absence d’effets positifs) face aux animaux ou n’apprécie simplement pas leur présence.

Source

Articles liés :

20 médecines douces ou alternatives et leurs bienfaits

Médecine ayurvédique : quelles techniques ? Quels bienfaits ?

Quelles sont les médecines douces les plus recherchées en France ?