in

Ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Kamasutra

Canon EOS 60D - Maxpixel
Ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Kamasutra
noté 5 - 3 votes

Aujourd’hui, beaucoup connaissent quelques unes des positions que renferme le livre sacré de la sexualité, le Kamasutra. Inventé et développé en Inde, le Kâma sûtra constitue en réalité un recueil de recommandations concernant la sexualité ainsi que la vie amoureuse. Doit-on le pour autant le considérer comme un enseignement à poursuivre ?

Que signifie le mot Kamasutra ?

Dans le mot « kâmasûtra », « sûtra » a pour sens : « traité ; recueil de sentences, d’aphorismes » et « kâma » signifie « l’amour, la jouissance, le plaisir sensuel ». Si on traduit littéralement le mot « kâmasûtra », on obtient pour titre : « recueils d’aphorismes sur l’amour », ou « recueil de vérités fondamentales sur l’amour et le plaisir sensuel ».

Le livre de Vatsyayana, ancêtre du Kamasutra

La tradition de ces recueils du Kamasutra datent de plusieurs siècles avant l’ère chrétienne.

Aux alentours du Vsiècle après JC, Vatsyayana, un auteur de l’Inde médiévale, réunit tous les anciens recueils et conseils en un volume, en les résumant, d’où le mot « aphorisme ».

Persuadé que la connaissance du Kâmasûtra est indispensable à l’épanouissement de l’homme et de la femme dans leur couple et leur sexualité, Vatsyayana propose toutes les recommandations traditionnelles indiennes sur le sujet en un volume : il devient ainsi le seul auteur officiellement connu du livre, si célèbre aujourd’hui.

Ses textes ont été sauvegardés et traduits depuis le XIX e siècle dans des langues européennes.

Le Kâma Sûtra, un ouvrage destiné à tous

L’ouvrage indien est destiné à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur la sexualité et les relations entre hommes et femmes, afin d’acquérir les connaissances sexuelles de base, que l’on soit célibataire ou en couple.

Des positions mais pas seulement…

Le Kâma Sûtra de Vatsyayana n’est pas uniquement centré sur les positions érotiques ou sexuelles, qui n’occupent qu’un chapitre sur 7 dans son ouvrage (5 pages sur 250) !

Les autres chapitres donnent des conseils dans les domaines de l’amour, du mariage et des rapports hommes-femmes hors mariage. Un chapitre est dédié aux courtisanes et un autre sur les moyens d’augmenter le désir, avec des recettes médicinales.

Les recueils originels du Kâma Sûtra évoquent différentes situations ou prodiguent des conseils, par exemple :

  • le rapport entre la taille de la verge et celle du vagin comme élément de l’harmonie sexuelle,
  • les degrés d’intensité du désir charnel,
  • le rôle de l’imagination et des fantasmes,
  • les différentes positions du coït, les caresses,
  • la pénétration anale,
  • l’homosexualité féminine et masculine…

Autre exemple, d’après Vatsyayana, si la femme n’a pas d’orgasme pendant le rapport sexuel, il faut recommencer et  « frotter le sexe de la femme avec ses mains et ses doigts« . La grossesse n’est pas non plus laissée pour compte.

Enfin, il est inscrit dans le Kamasutra l’ancêtre d’une loi qui protège la libre disposition du corps et interdit le viol, y compris dans un couple marié : « une femme n’est pas tenue d’accepter les attouchements intimes ou la pénétration. »

[media-credit name= »kamasutra vatsyayana Oriental Collection – MS Indic alpha 1948. Nepalese erotic MS / Wellcome » align= »aligncenter » width= »1024″][/media-credit]

Un exemple à suivre ?

Encore une fois, chacun est libre de ses propres règles, personne ne peut imposer à une autre de suivre tel ou type de pratiques sexuelles. Parfois, le poids des traditions, de la morale ou de la religion l’emporte sur la recherche du plaisir sexuel. Mais ceux désireux d’en connaître plus sur le corps, la sexualité et la vie de couple ou de célibat ne doivent pas s’en priver !

Source

Articles liés :

20 positions à tester pour atteindre le fameux Point G

Santé : 7 bonnes raisons de faire souvent l’amour !

10 chiffres sur la sexualité et les désirs des femmes