in

Bonheur : quels sont les 4 Accords Toltèques ?

NatoPereira - Pixabay
Bonheur : quels sont les 4 Accords Toltèques ?
noté 5 - 3 votes

« Les Quatre Accords toltèques, la voie de la liberté personnelle » est un livre de Miguel Ruiz, publié en 1997 aux États-Unis, qui s’est déjà vendu à plus de quatre millions d’exemplaires dans le monde. Il a notamment inspiré des thérapeutes français. Miguel Ruiz était un neurochirurgien mexicain. Dans son livre, il propose de passer quatre accords avec nous-mêmes pour nous libérer des croyances et des conditionnements culturels et éducatifs qui nous empêchent de vivre pleinement. Quels sont ces 4 accords à appliquer pour plus « de liberté, de bonheur et d’amour »

Qui étaient les « Toltèques » ?

Les Toltèques étaient des guerriers du nord de l’Amérique latine. Ils vivaient au Mexique entre 1000 et 1300 (après JC). Grâce à l’archéologie, on sait que ce peuple avait développé les arts et l’architecture, mais aussi une certaine sagesse basée sur des accords simples. Ils auraient transmis ce savoir aux Aztèques.

1) « Que votre parole soit impeccable »

« Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez vraiment. N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l’amour. La parole est un outil qui peut détruire. Prenez conscience de sa puissance et maîtrisez-la. » (Miguel Ruiz).

Par exemple, une phrase blessante d’un parent à un enfant peut laisser des traces à l’âge adulte. Les mots peuvent détruire ou construire, ils influencent la réalité.

Dans son livre, Miguel Ruiz conseille de réfléchir avant de parler, de ne pas en dire trop, trop vite. Le discours intérieur a également un impact sur soi-même. La critique ou le jugement des autres ou de soi-même sont des paroles et des pensées négatives qui polluent l’esprit.

2) « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle »

« Vous n’êtes pas la cause des actes d’autrui. Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leurs rêves, de leurs peurs, de leurs colères, de leurs fantasmes. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. » (Miguel Ruiz)

Lorsque vous êtes critiqué(e) ou jugé(e), l’image qui est renvoyée de vous n’est que la projection d’une autre personne, et il est important de s’en affranchir. Selon Miguel Ruiz, notre égocentrisme nous fait croire que tout ce nous arrive est la conséquence de notre attitude. L’auto-culpabilisation nous maintient dans l’illusion et la souffrance.

Miguel Ruiz conseille de se détacher de la peur, de la colère, de la tristesse ou de toute autre réaction de défense provoquée par d’autres. Les autres sont les seuls responsables de leurs paroles ou de leurs actes, vous n’avez pas à vous en mêler.

3) « Ne faites pas de suppositions »

« Ne commencez pas à élaborer des hypothèses de probabilités négatives, pour finir par y croire, comme s’il s’agissait de certitudes. Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames. »

Par exemple, le voisin n’a pas dit bonjour ce matin, donc il vous en veut pour quelque chose. Non ! Quand une hypothèse devient une croyance (« elle ne m’aime plus »), nous déclenchons de l’angoisse et du stress.

4) « Faites toujours de votre mieux »

« Il n’y a pas d’obligation de réussir, il n’existe qu’une obligation de faire au mieux. Votre « mieux » change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets. Tentez, entreprenez, essayez d’utiliser de manière optimale vos capacités personnelles. Soyez indulgent avec vous-même. Acceptez de ne pas être parfait, ni toujours victorieux. » (Miguel Ruiz)

Lorsque vous dépensez souvent beaucoup d’énergie, vous vous fatiguez plus vite. Si vous n’en dépensez pas assez, vous avez tendance à culpabiliser ou à regretter. Selon Miguel Ruiz, l’objectif est de trouver le juste équilibre en se libérant des normes. Ecouter son corps et ses besoins est indispensable, par exemple, si vous avez envie de rester à la maison pour vous reposer, faites-le !Personne n’est parfait et rien ne sert de rechercher la perfection.

Source

Articles liés :

Bonheur : 6 étapes pour y accéder par votre inconscient

Bonheur : donner rend-il plus heureux que dépenser ?

6 règles d’or reconnues par la science pour être plus heureux