in

Choc toxique : que choisir entre tampons ou coupe menstruelle ?

Crédits : Shattonbury - Wikimedia
Choc toxique : que choisir entre tampons ou coupe menstruelle ?
noté 5 - 2 votes

Selon une étude réalisée par des chercheurs du Centre National de Référence (CNR) des staphylocoques, basé au CHU de Lyon, certains moyens de protection féminine diminueraient davantage le risque de choc toxique que d’autres. Ils ont analysé 11 modèles de tampons et deux coupes menstruelles. Voici leurs résultats.

Le cadre de l’étude

En octobre 2016, le CNR a lancé un appel aux femmes volontaires en leur demandant de leur envoyer des protections féminines usagées. Ils en ont recueilli plus de 700 et ont publié leurs résultats en juillet 2017. Leur objectif consistait à évaluer l’impact des types de protections sur la croissance bactérienne et la production de toxines.

Chaque année en France, environ 20 cas de chocs toxiques liés aux protections féminines sont déclarés. Ces cas sont généralement dus à une infection aux staphylocoques dorés. Ils prolifèrent dans le vagin et sécrètent une toxine pathogène qui, si elle passe dans le sang, peut causer un choc septique.

Etant donné qu’ils bloquent le sang dans le vagin, les tampons et les coupes menstruelles sont soupçonnés de favoriser le risque de choc toxique.

Tampon ou coupe menstruelle ?

Parmi les tampons testés, « aucun ne stimule la production de la toxine TSSTT-1 qui déclenche le choc toxique », selon le CNR. Par contre, plus la texture du coton est aérée, plus les bactéries prolifèrent.

Toujours d’après les résultats des chercheurs, les deux coupes menstruelles testées (Be’Cup et Meluna) favorisent davantage que les tampons le développement du staphylocoque doré et la production de toxines (Be’Cup plus que Melina). Cela serait dû à leur diamètre, plus large, qui laisse passer plus d’oxygène que les tampons.

Au final, les auteurs de cette étude rappellent les règles d’hygiène élémentaire. Pour les coupes comme pour les tampons, mieux vaut éviter de les porter la nuit, pendant son sommeil, et plus de six heures d’affilée au cours de la journée.

Les chercheurs du CNR rappelle les symptômes du choc toxique : « Si pendant vos règles, vous avez de la fièvre, des vomissements, des diarrhées, des malaises, des maux de tête, ou une éruption cutanée ressemblant à un coup de soleil : enlevez votre tampon ou votre coupe menstruelle et consultez un médecin en urgence. »

Source

Articles liés :

Syndrome du choc toxique (SCT) : causes, symptômes, traitement

Top 10 des erreurs à éviter en matière d’hygiène intime

La coupe menstruelle, comment fonctionne cette alternative écologique au tampon ?