in

Embolie pulmonaire : une maladie qui peut être mortelle

Crédits : Hans Martin Paul - Pixabay
Embolie pulmonaire : une maladie qui peut être mortelle
noté 5 - 1 vote

L’embolie pulmonaire est causée par la migration d’un caillot de sang des veines des membres inférieurs dans les artères pulmonaires, ce qui les bouche. Environ 100.000 cas d’embolies sont diagnostiqués par an en France, sur lesquels 10.000 à 20.000 s’avèrent mortels.

Quels sont les symptômes de l’embolie pulmonaire ?

Certains signes peuvent alerter de l’obstruction d’une ou de plusieurs branches de l’artère pulmonaire :

  • phlébite,
  • essoufflement (dyspnée),
  • accélération de la fréquence cardiaque (tachycardie),
  • douleurs thoraciques, 
  • sensation de gêne respiratoire,
  • toux irritative, parfois un crachat sanglant,
  • dans les cas les plus graves : syncope, chute de tension sévère, parfois mort subite.

Comment est-elle diagnostiquée ?

Plusieurs examens peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic de l’embolie pulmonaire :

  • la radiographie du thorax,
  • l’électrocardiogramme,
  • la gazométrie sanguine,
  • le dosage sanguin des D-dimères,
  • l’angio-scanner thoracique,
  • l’échographie cardiaque,
  • la scintigraphie pulmonaire,
  • plus rarement une angiographie pulmonaire.

Ces examens permettent au pneumologue de visualiser l’intérieur de l’arbre pulmonaire artériel et de vérifier la présence du thrombus (caillot de sang).

Le pneumologue surveillera s’il y a une défaillance ventriculaire droite et une atteinte du myocarde, il existe un risque de décès.

Quelles sont les causes de l’embolie pulmonaire ?

Certains comportements ou circonstances peuvent favoriser le risque d’embolie pulmonaire :

  • une immobilisation ou un alitement prolongés (propice à la formation de thrombus),
  • tout acte chirurgical qui comporte un risque de thrombose veineuse profonde (chirurgie gynéco-obstétricale, orthopédique, pathologies cancéreuses),
  • une insuffisance cardiaque (augmente le risque de phlébite),
  • une maladie infectieuse,
  • un cancer,
  • une pathologie de grossesse,
  • une prédisposition à la survenue de pathologies thrombo-emboliques veineuses,
  • un manque d’activité physique,
  • fumer ou boire de l’alcool régulièrement…

Quels traitements ?

Après avoir réalisé des examens complémentaires, si le diagnostic de l’embolie pulmonaire est confirmé, le pneumologue décidera de la solution la plus adaptée à votre état. Il pourra par exemple vous prescrire un traitement anticoagulant, voire un traitement thrombolytique ou, pour les cas les plus graves, recommander une embolectomie chirurgicale.

Source

Articles liés :

Légionellose : contamination, symptômes et traitement

Angor-Angine de poitrine : des symptômes alarmants

Insuffisance cardiaque : 4 symptômes à connaître d’urgence