in

Enfants végétariens ou vegan : quels risques pour leur santé ?

Crédits : iStock
Enfants végétariens ou vegan : quels risques pour leur santé ?
noté 4 - 4 votes

Il existe plusieurs types de végétarisme, dont les adeptes ne consomment pas de chair animale, par exemple le végétalisme, qui consiste à refuser toute alimentation d’origine animale : pas de viande, ni de poisson ni d’œuf, ni de produits laitiers. La plupart des végétariens mangent des œufs et boivent du lait, on les appelle les ovo-lacto végétariens. Mais ces régimes végétariens peuvent-ils convenir aux enfants et aux adolescents, en pleine croissance ?

Des risques pour le développement

La période de l’enfance et de l’adolescence sont très importantes pour la croissance.

Au cours de la 1ère année de vie, l’enfant gagne 25 cm en hauteur, au cours de la puberté, les adolescents peuvent grandir de plus de 10 cm dans l’année. Or si les apports en vitamines, en minéraux, en protéines, ou en calcium, l’enfant pourra avoir des retards de croissance.

Les nutriments indispensables

Les protéines sont les nutriments les plus importants pour l’organisme, notamment pour développer les muscles, le système immunitaire, les hormones.

Second nutriment indispensable : le fer, contenu dans les globules rouges, il permet de distribuer l’oxygène aux organes. La vitamine B12 qui entre dans la constitution des globules rouges, est également indispensable, ainsi que le calcium, qui va largement participer au développement des os et des dents des jeunes enfants et des adolescents.

Enfants : carences et dangers

Celles qui touchent le plus les enfants sont les carences en fer, qui donne de l’anémie, et les carences en calcium qui peuvent causer de l’ostéomalacie, une décalcification des os qui les empêche de bien se former.

Les aliments qui contiennent les meilleures protéines se trouvent dans les viandes, les poissons, les œufs et les produits laitiers. Les viandes et les poissons sont donc riches en protéines mais il le sont aussi en fer (environ 1,2 mg pour 100 g de viande rouge), avec la particularité d’être bien absorbé à la différences du fer que l’on trouve dans les produits végétaux, 3 à 4 fois moins bien absorbé par l’organisme.

Doses recommandées pour les enfants et adolescents

L’idéal est de donner une petite part de viande ou de poisson chaque jour aux enfants et aux adolescents. Généralement, on en conseille 10 g par année d’âge. Par exemple, un enfant de 5 ans devrait consommer 50 g de viande ou de poisson par jour.

Si vous faites le choix de supprimer complètement la viande et le poisson ou/et les produits laitiers dans l’alimentation de votre enfant ou adolescent, vous l’exposez à des risques de carences nutritionnelles qu’il va falloir compenser.

Vous pouvez associer des légumes secs (lentilles, flageolets, pois…) et des céréales pour apporter une dose suffisante de protéines à votre enfant. Le problème, c’est qu’il va falloir consommer davantage de ces aliments pour apporter une dose satisfaisante de protéines, moins bien assimilées par l’organisme.

Il est recommandé de ne pas faire l’impasse sur les œufs et les produits laitiers si les protéines d’origine animale sont supprimées de l’alimentation, car les carences en différents nutriments pourraient s’accumuler et avoir des conséquences sur la santé des enfants ou des adolescents.

Ainsi, des maux de ventre peuvent être ressentis si l’enfant ou l’adolescent mange des légumes secs tous les jours.

Régime végétalien : un risque pour les jeunes enfants

Le fait de supprimer tous les produits d’origine animale de l’alimentation des enfants et adolescents peut leur être très dangereux, notamment pour les enfants de moins de 5 ans :

  • apports insuffisants en calcium, qui ne satisferont pas aux besoins de croissance,
  • la vitamine B12 n’existe pas dans les produits végétaux mais uniquement dans ceux d’origine animale, elle est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme.

Si vous tenez absolument à imposer une alimentation particulière à votre enfant, prenez rendez-vous avec un médecin ou un diététicien afin de veiller à ce qu’il n’y ait aucune carence.

Source