in

Jeûner, est-ce bon pour la santé ?

maigrir poids jeûner - pixabay
Crédits : PublicDomainPictures / Pixabay
Jeûner, est-ce bon pour la santé ?
noté 4 - 4 votes

Ces cures font de plus en plus d’adeptes. Pour maigrir, pour se détoxiquer, pour vaincre une addiction voire pour se soigner, chacun peut avoir ses raisons de tester de jeûner quelques jours ou quelques semaines. Quels sont les bienfaits mais aussi les risques pour la santé ? Réponses.

Le jeûne thérapeutique encadré par les médecins

Peu pratiqué en France, il est pourtant assez répandu en Allemagne et en Russie. Le jeûne thérapeutique consiste à se rendre en clinique pour être suivi médicalement pendant dix à quinze jours. Le régime diététique est à base de bouillon de légumes, de tisanes, de jus de fruits dilués. Il est généralement associé à de l’exercice physique, comme la marche, mais aussi à de la méditation, des massages et de la lecture.

Le jeûne thérapeutique est conseillé en cas de diabète, de troubles métaboliques, d’hypertension, d’allergies et d’asthme.

Jeûner pour maigrir : attention danger

La plupart des personnes qui entreprennent un jeûne le font pour des raisons esthétiques : elles souhaitent mincir. Attention si vous faites partie de ceux-là, vous risquez d’être déçu. Durant la première semaine, l’organisme va puiser d’abord son énergie dans les protéines musculaires, puis ensuite dans les réserves de graisses.

Deuxième chose : dès la fin du jeûne, on reprend automatiquement tous les kilos en quelques semaines, voire on en prend des supplémentaires…

Une cure pour se détoxiquer

La surabondance de l’alimentation, le tabac, l’alcool, la surconsommation de sucres, peuvent pousser à vouloir jeûner. L’organisme possède grand nombre d’organes qui filtrent et éliminent les toxines. Cependant, le jeûne diminue les ballonnements, les gaz, et met le tube digestif au repos après des excès alimentaires et une mauvaise hygiène diététique.

jeûner - Jean Fortunet - Wikimedia
Jean Fortunet – Wikimedia

Des vertus anticancers

Le jeûne pourrait avoir des vertus anticancers. Des études actuellement réalisées montrent que ces diètes aideraient les malades à surmonter leurs douleurs. On sait déjà que l’excès de nourriture favorise les rechutes du cancer du sein, du poumon et du côlon. À l’inverse, on constate que la privation de nourriture augmente, au bout de 48 heures, la sécrétion d’endorphines, ce qui permet de prendre une certaine distance par rapport à la souffrance.

Pas de jeûnes chez les personnes fragiles

Si vous envisagez de suivre un jeûne, prudence : au-delà de 24 à 48 heures, la diète peut se révéler dangereuse chez les personnes souffrant de troubles car­diaques, chez les femmes enceintes, les enfants, les personnes fragilisées par des maladies chroniques et les personnes de plus de 65 ans.

À savoir enfin, en Allemagne, les cures de jeûne sont remboursées par la Sécurité sociale ; en Suisse, elles sont prises en charge par les mutuelles. Argument écono­mique avancé : les personnes qui le pratiquent seraient moins malades que les autres.

Source

Articles liés

Le jeûne thérapeutique : 8 bienfaits étonnants pour votre santé

Qu’est-ce qu’un petit-déjeuner équilibré ?

8 conseils simples pour maigrir plus vite