in

La « pilule des bonnes notes » : du rêve au cauchemar

Crédits : Pexels
La « pilule des bonnes notes » : du rêve au cauchemar
noté 5 - 2 votes

Récemment, Netflix a mis en ligne un documentaire intitulé « Take Your Pills », qui montre des américains réussissant grâce à des médicaments surnommées « pilule des bonnes notes ». Ce documentaire évoque essentiellement les aspects positifs de cette pilule, mais pas les effets secondaires, très dangereux pour la santé et la vie des individus qui en consomment.

Lorsque les examens approchent, certains étudiants sont tentés de prendre des stimulants contenants des amphétamines et méthylphénidates afin de booster leurs révisions. Cela alors même qu’ils ne connaissent pas les risques liés à ces substances. Ces médicaments (ou drogues) sont réputés pour permettre aux individus de rester éveillés durant de nombreuses heures, d’améliorer la concentration, et d’être plus productifs. Ce phénomène est très médiatisé aux Etats-Unis, mais en France, celui-ci reste dans l’ombre. Pourtant, selon une étude de l’Inserm en 2016 auprès de 1718 étudiants en médecine, un tiers d’entre eux prennent des psycho-stimulants, dont 1,5 % se dopent à la Ritaline, le médicament le plus utilisé parmi ceux sous ordonnance après les corticoïdes.

Un phénomène vieux de quelques décénnies

La prise de médicaments dans le but d’améliorer sa productivité et sa concentration n’est pas récente. En effet, le premier article relatant du fait que les étudiants américains font usage d’amphétamines date de 1937. Aux Etats-Unis, les étudiants subissent beaucoup de pression pour réussir dans une société toujours plus compétitive, dans laquelle les places valent littéralement très cher. Ils veulent alors toujours être meilleurs, ce qui les incite à prendre des stimulants comme Adderall, Ritaline ou Modafinil.

À l’origine, ces médicaments sont prescrits par des professionnels de la santé, pour les personnes atteintes de Troubles du Déficit de l’Attention/Hyperactivité (TDAH). Mais en réalité, ceux-ci se procurent très facilement. Les étudiants assurent que certains médecins n’ont aucune hésitation à les diagnostiquer atteints de TDAH, et à leur prescrire ces substances. Certains étudiants disent également se fournir par des revendeurs, et d’autres sur internet.

Dans le documentaire, de nombreux étudiants témoignent, mais pas seulement. Il y a également des personnes exerçants des métiers très stressants et dans lesquels la compétition fait rage, : banquiers de Wall Street, ingénieurs de la Silicone Valley, musiciens talentueux et joueurs de football professionnels.

De nombreux effets secondaires

Outre les effets positifs que procurent ces médicaments, ceux-ci présentent de nombreux effets secondaires qu’il ne faut surtout pas négliger. Ils varient selon le médicament que l’on prend, voici quelques exemples :

  • Maux de tête,
  • Insomnies,
  • Anxiété,
  • Nausées,
  • Diarrhées,
  • Maux allants jusqu’à créer une dépendance physique (comme pour les drogues),
  • Dépression qui mène parfois jusqu’au suicide,
  • Destruction du système digestif (…)

Des associations de familles américaines estiment qu’en dix ans la Ritaline aurait tué 186 personnes, rien que dans leur pays.

Un risque d’addiction

Ces médicaments ont une tendance à rendre rapidement ses consommateurs addicts. En effet, ces personnes veulent toujours améliorer leurs capacités et performances, et craignent qu’en arrêtant les amphétamines ou méthylphénidates, leur travail ne soit pas suffisant. Un cercle vicieux se forme alors, à partir du moment où le premier cachet est ingurgité et que les premiers effets se ressentent.

Sources : Documentaire Netflix « Take Your Pills », Le Figaro étudiant, Open Minded

Articles liés :

Alerte aux drogues de synthèse mortelles !

Améliorez votre concentration naturellement

Cerveau : 6 conseils pour conserver une bonne santé mentale