,

Manque ou baisse de désir chez la femme : plus de 8 causes possibles

Crédits : GpointStudio / iStock
Manque ou baisse de désir chez la femme : plus de 8 causes possibles
noté 5 - 1 vote

Les troubles de la sexualité féminine regroupent l’ensemble des problèmes physiques et psychologiques à l’origine de la baisse ou du manque de désir chez la femme. Toutefois, ces troubles seraient majoritairement de nature psychologique d’après les spécialistes.

1) L’absence d’orgasme, souvent psychologique

L’absence d’orgasme, aussi appelée anorgasmie, se manifeste par le fait que la femme ne parvient pas à obtenir du plaisir pendant l’acte sexuel. Elle est différente de l’absence de désir car dans le cas de l’anorgasmie, la femme peut ressentir l’excitation, mais pas d’orgasme.

On distingue plusieurs cas d’absence d’orgasme :

  • l’anorgasmie primaire (jamais d’orgasme),
  • l’orgasme clitoridien et non vaginal (orgasme partiel),
  • l’anorgasmie secondaire (absence d’orgasme suite à un événement traumatisant).

Pour traiter ce trouble, il est conseillé de se faire suivre par un sexologue ou un professionnel de la psychologie. Celui-ci va chercher à comprendre les blocages psychologiques de la patiente (peur de se laisser aller, culpabilité face au plaisir, manque de communication avec le partenaire, méconnaissance du plaisir féminin…)
Il va pousser la patiente à vaincre ses inhibitions.

2) L’absence d’excitation : frigidité

Environ 10% de la population féminine est concernée par la frigidité, c’est-à-dire par une absence totale de désir et de plaisir à l’occasion des rapports sexuels.

La frigidité est le plus souvent liée à une cause de nature psychologique : manque d’éducation sexuelle, conflits au sein du couple, manque de confiance en soi, etc.

La frigidité peut être traitée en suivant des conseils simples comme prendre du temps pour les préliminaires ou avoir des moments de tendresse pour l’autre. Parfois, une thérapie est nécessaire pour réussir à trouver les origines profondes du blocage.

3) Le vaginisme, psychologique

Le vaginisme est un trouble sexuel assez fréquent qui rend impossibles ou désagréables les rapports sexuels avec pénétration. Les orgasmes clitoridiens sont toujours possibles, mais pas la pénétration ni l’orgasme vaginal. Toute pénétration provoque une contraction involontaire des muscles pré-vaginaux.

Ce trouble sexuel peut être soigné dans le cadre d’une thérapie suivie par un sexologue, par un gynécologue ou par un psychothérapeute. La plupart des couples ayant consulté un sexologue pour un problème de vaginisme ont pu retrouver une sexualité épanouie durablement.

4) Les mycoses ou les MST

Sasint – Pixabay

On appelle les douleurs ressenties pendant l’acte sexuel les « dyspareunies ».

Nombreux sont les jeunes qui contractent une MST (maladie sexuellement transmissible) sans le savoir. Lorsque les rapports sexuels deviennent douloureux ou gênants sans raison apparente, consultez un gynécologue ou un médecin qui prescrira des examens complémentaires et un traitement adapté.

Les mycoses, causées par la prolifération d’un champignon, sont des problèmes communs à de nombreuses jeunes femmes notamment au début de leur vie sexuelle, en fonction de la fréquence des rapports sexuels. Chez la femme, les muqueuses de la vulve et du vagin deviennent rouges et les démangeaisons réduisent le plaisir sexuel. Mieux vaut s’abstenir le temps de la guérison (ovules vendus en pharmacie ou remèdes naturels) pour éviter de transmettre le champignon à son partenaire.