in

Œufs contaminés au fipronil : pays touchés et prévention

Crédits : Kackmac34 - Pixabay
Œufs contaminés au fipronil : pays touchés et prévention
noté 5 - 3 votes

Depuis fin juillet, la contamination au fipronil a entraîné la destruction de millions d’œufs dans plusieurs pays européens jusqu’en Pologne et notamment en France. Désormais, le scandale s’étend au monde entier avec des œufs contaminés retrouvés en Chine. A l’origine : une substance introduite dans les élevages pour les protéger du pou rouge, un parasite très néfaste pour les poules pondeuses. Quelles régions françaises et quels pays sont touchés ? Comment éviter la contamination ?

Qu’est-ce que le fipronil ?

Le fipronil est un insecticide présent dans de nombreux produits antiparasitaires pour les animaux de compagnie (produits anti-puces et anti-tiques pour chiens et chats) et dans d’autres produits domestiques (anti-termites, anti-fourmis, anti-blattes…)

En agriculture, le fipronil est utilisé pour lutter contre les insectes ravageurs pour les récoltes (maïs, tournesol, pommes de terre…) Les semences en sont enrobées.

Accusé de participer au déclin de la population d’abeilles, l’usage du fipronil en agriculture est toutefois interdit en France et dans de nombreux pays européens depuis 2004, hormis en Belgique et aux Pays-Bas, ou dans d’autres pays du monde comme les Etats-Unis.

Bien que l’Union européenne a interdit aux pays membres d’y recourir pour l’élevage destiné à la consommation humaine (poules, œufs…), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère simplement le fipronil comme un agent « modérément toxique », notamment dangereux pour le fonctionnement des reins, du foie et de la thyroïde.

Le fabriquant du pesticide, le géant allemand de la chimie BASF, a annoncé le 10 août qu’il cessera de commercialiser son pesticide fipronil (à destination des semences) dans l’Union Européenne pour des raisons « économiques ».

Un scandale mondial

D’après les derniers résultats de l’enquête désormais mondiale, il semblerait que les œufs contaminés au fipronil soient vendus depuis avril 2017 dans les supermarchés en France et dans d’autres pays. De plus, les autorités européennes soupçonnent une contamination d’autres produits fabriqués avec ces œufs, mis en vente (pâtes, gâteaux) et dans lesquels la contamination ne peut être détectée.

17 pays sont actuellement touchés par le scandale des œufs contaminés (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, France, Suède, Luxembourg, Pologne, Roumanie, Royaume-Uni, Autriche, Slovaquie, Slovénie, Irlande, Italie, Danemark, Suisse, Chine). Le scandale s’est déjà étendu à l’Asie.

Le Royaume-Uni a annoncé que 700.000 œufs contaminés avaient été importés pour être utilisés dans la fabrication de produits alimentaires.

Des dizaines d’élevages sont toujours bloqués aux Pays Bas, en Belgique, en Allemagne et en France.

5 départements concernés en France

L’alerte sur la contamination des œufs a été lancée le 5 août 2017 par la Commission Européenne. Trois jours plus tard, les autorités françaises débutent leur enquête officielle et révèlent que 5 établissements situés dans 5 départements différents ont reçu des œufs contaminés en provenance des Pays-Bas et de la Belgique, selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Les départements visés par l’enquête en cours concernent la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan.

Certains produits sont encore présents dans ces établissements et n’ont pas été bloqués, sauf dans le Pas-de-Calais où aucun œuf issu de cet élevage n’a été mis sur le marché.

La préfecture du Morbihan, a quant à elle annoncé avoir identifié des produits contenant « des seuils très faibles » de contamination au fipronil.

« La partie des lots non encore transformés et transformés mais non commercialisés a été consignée » d’après la Direction départementale de la protection des populations (DDPP).

Une enquête nationale chez l’ensemble des fabricants d’ovoproduits (produits transformés à base d’œuf) agréés en France, soit environ 80, devrait rapidement débuter.

Les premières analyses des lots transformés et commercialisés dans le Morbihan « indiquent des seuils très faibles, n’entraînant pas de toxicité pour la santé au stade du produit fini », selon la préfecture du département.

Quels conseils de prévention ?

La prévention aura d’abord lieu au niveau des élevages de poules pondeuses. Alors que le scandale a éclaté suite à l’emploi du fipronil, pourtant interdit dans ce milieu, par la société Chickfriend, spécialisée dans l’éradication du pou rouge, pour le compte et à l’insu d’éleveurs néerlandais, la réglementation sur les pesticides et l’étude de leurs risques pour la santé humaine devraient s’intensifier.

D’après l’ANSES, les concentrations en fipronil dans les œufs contaminés sont faibles, rendant le risque d’empoisonnement « très faible voire nul » si la consommation quotidienne par personne ne dépasse pas :

  • 1 œuf pour les bébés et jeunes enfants,
  • 2 œufs pour un enfant de plus de 3 ans,
  • 7 œufs pour un adulte de 60 kg,
  • 8 à 10 oeufs pour les adultes de plus de 60 kg.
Crédits : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement
et du travail (ANSES)

Pensez également à vérifier le pays de production des œufs inscrit sur les coquilles et évitez les œufs en provenance de Belgique, des Pays-Bas et d’Allemagne :

  • FR pour France,
  • NL pour Pays-Bas,
  • BE pour Belgique
  • DE pour Allemagne.

98% des œufs français sont produits dans l’Hexagone, vous avez donc peu de chances de trouver des œufs néerlandais,allemands ou belges dans les rayons. Par précaution, préférez des œufs français et biologiques.

Vous pouvez également privilégier des œufs issus de l’agriculture biologique, pour lesquels la réglementation, plus stricte, interdit formellement d’utiliser de nombreux pesticides, dont le fipronil.

Même si ce sont des œufs biologiques qui ont été contaminés à l’insu des producteurs au Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne, ce fait est isolé et ne concernerait pas la filière biologique française, qui depuis l’éclatement du scandale s’affaire à prouver qu’elle n’emploie pas de fipronil dans les élevages.

Le 1er chiffre inscrit sur la coquille de l’œuf indique la méthode d’élevage employée :

  • 0 pour les œufs biologiques (plein air)
  • 1 pour les œufs issus de poules élevées en plein air
  • 2 pour les œufs de poules élevées au sol
  • 3 pour les œufs de poules élevées en cage.

Sources : Le Monde, Daily Geek Show

Articles liés :

Fipronil : voici la liste actualisée des produits contaminés !

Comment savoir si un œuf est frais en 10 secondes ?

Conserver les œufs au frigo, bonne ou mauvaise idée ?