in

Comment reconnaître les signes de l’apnée du sommeil ?

Comment reconnaître les signes de l’apnée du sommeil ?
noté 2.3 - 3 votes

L’apnée du sommeil se manifeste, comme son nom l’indique, pendant le sommeil par des arrêts involontaires de la respiration. Les personnes âgées, en surpoids ou qui ronflent intensément et réguilèrement sont les plus exposées à l’apnée du sommeil. Les pauses respiratoires durent entre 10 secondes et 30 secondes et se produisent plusieurs fois par nuit. A partir de 5 à 30 arrêts respiratoires par heure, l’apnée du sommeil peut mener à de graves complications. Quels sont les symptômes et les risques de l’apnée du sommeil ?

 1) Les différents types d’apnée du sommeil

Dans la plupart des cas, l’apnée du sommeil est due à un relâchement de la langue et des muscles de la gorge qui bloquent le passage de l’air lors de la respiration. Les voies respiratoires sont obstruées, c’est pourquoi on parle d’apnée obstructive. Ce type d’apnée du sommeil concerne surtout les personnes âgées ou obèses.

Plus rarement, l’apnée du sommeil peut être causée par un dysfonctionnement du cerveau, qui cesse de demander aux muscles de respirer, on parle alors d’apnée du sommeil centrale. Cette forme d’apnée survient surtout chez les personnes atteintes d’une maladie cardiaque, neurologique ou après un accident vasculaire cérébral. L’usage de somnifères, de narcotiques ou d’alcool représente également un facteur de risque.
Enfin , certaines personnes présentent une apnée du sommeil mixte, avec une alternance d’apnées obstructives et centrales.

2) Les symptômes de l’apnée du sommeil

Les personnes souffrant d’apnée du sommeil ne s’aperçoivent généralement pas qu’elles font des pauses respiratoires la nuit sauf si elles repèrent les premiers symptômes :

  • fatigue importante la journée dès le réveil
  • somnolence et endormissements fréquents et incontrôlés
  • ronflements importants
  • maux de tête au réveil
  • irritabilité,
  • troubles de la mémoire 
  • sensation d’étouffer ou de suffoquer la nuit.

Consultez un médecin si :

  • vos ronflements très sonores perturbent le sommeil de votre conjoint
  • vous vous réveillez la nuit avec l’impression de mal respirer
  • si vous avez besoin d’aller aux toilettes plusieurs fois par nuit
  • votre conjoint remarque vos arrêts respiratoires pendant votre sommeil
  • vous vous sentez fatigué dès le matin et vous endormez souvent la journée.

En cas de doute, faites le test de somnolence d’Epworth, il vous permettra de mesurer votre degré de somnolence la journée.

Si votre médecin confirme vos inquiétudes à propos de l’apnée du sommeil, il vous dirigera vers un centre spécialisé dans l’étude du sommeil pour réaliser un examen appelé polysomnographie. Cet examen permet d’étudier les différentes phases du sommeil, de détecter les apnées du sommeil et d’évaluer leur gravité. Il faut passer une nuit à l’hôpital ou dans un centre spécialisé pour ce test approfondi.

3) Les complications liées à l’apnée du sommeil

À long terme, l’apnée du sommeil peut avoir des conséquences assez graves sur la santé si elle n’est pas suivie et traitée :

  • Maladies cardiovasculaires : chaque pause respiratoire entraîne un manque d’oxygénation du cerveau et chaque micro-réveil brutal provoque une augmentation de la pression artérielle et du rythme cardiaque. À long terme, l’apnée peut donc causer une maladie cardiovasculaire, et le risque de mourir subitement pendant son sommeil est élevé.
  • Dépression : le manque de sommeil et la fatigue peuvent amener à développer une dépression. Une étude récente a montré un lien entre apnée du sommeil et troubles cognitifs chez les femmes âgées.
  • Accidents : le manque de sommeil causé par les apnées du sommeil augmente le risque d’accident, notamment du travail et de la route. Les personnes atteintes d’apnées obstructives du sommeil ont de 2 à 7 fois plus de risques d’être victimes d’un accident de la circulation.
  • Complications en cas de chirurgie : surtout si elle n’est pas encore diagnostiquée, l’apnée du sommeil peut être un facteur de risque en cas d’anesthésie générale car les anesthésiques peuvent accentuer le relâchement des muscles de la gorge et aggraver les complications. Informez votre chirurgien si vous souffrez d’apnée du sommeil.

Source