in

Comment savoir si votre enfant est hyperactif ? Si oui, que faire ?

Comment savoir si votre enfant est hyperactif ? Si oui, que faire ?
noté 5 - 1 vote

La France compte 5 % d’enfants hyperactifs. Ce trouble de l’attention accompagné d’accès d’hyperactivité se repèrent souvent à l’âge de la scolarisation, dès 2 ou 3 ans. Toutefois, l’hyperactivité n’apparaît généralement pas du jour au lendemain. Comment la déceler et réagir ?

Hyperactivité de l’enfant, un diagnostic difficile

Pour déceler une hyperactivité chez un enfant de moins de 6 ans, mieux vaut être prudent et ne pas tirer de conclusion hâtive car presque tous les enfants de cette tranche d’âge ont tendance à être agités et à ne pas être très attentifs !

Par contre, à partir du moment où cette hyperactivité apparente vous semble excessive et si vous constatez qu’elle pénalise votre enfant à l’école, à la maison ou en dehors, il faut peut-être se poser des questions.

Par exemple, un enfant de 3 à 6 ans qui est en perpétuel mouvement même dans des situations calmes (repas, lecture…), qui se met souvent en danger et qui a du mal à se concentrer peut vous donner l’alerte sur son hyperactivité.
Généralement, les mamans d’enfants hyperactifs ne cessent de répéter « il/elle ne sait pas rester tranquille », « il faut toujours qu’il/elle s’occupe avec ses mains ou ses pieds ». Alors si vous vous reconnaissez, demandez l’avis de votre médecin.

Méfiez-vous des calmants spécialisés pour les enfants !

Surtout, ne donnez pas de médicaments ou de comprimés « calmants » à votre enfant sans avoir préalablement demandé l’avis de votre médecin. Les Etats-Unis connaissent aujourd’hui un réel problème de santé publique car les parents ont tendance à acheter ce genre de médicaments sans ordonnance à leurs enfants qu’ils pensent hyperactifs, sans diagnostic ni prescription. Mais ces comprimés ont des effets secondaires à ne pas négliger si vous tenez à la santé de votre enfant.

Comment agir face à un enfant hyperactif ?

L’hyperactivité est due à un problème de transport des neuromédiateurs au niveau du cerveau, ce qui explique l’impulsivité. Un enfant sur deux gardera ce trouble une fois adulte. Mais votre éducation n’est pas en cause !
Evidemment, les parents d’un enfant hyperactif doivent redoubler de surveillance car les accidents ménagers sont plus fréquents. De même, au lieu de le disputer à chaque bêtise, distinguez ses moments d’écoute, d’attention ou de concentration et encouragez-le. Vous pouvez aussi lui demander de faire des choses accessibles et le pousser à améliorer sa concentration en faisant passer quelques tests pour des jeux.

Quand il réussit quelque chose, récompensez-le immédiatement en le félicitant d’avoir réussi ou en l’embrassant sur la joue. L’objectif est de lui montrer que vous reconnaissez ses efforts de concentration.