in

Staphylocoque doré : attention aux multiples sources d’infection !

Crédits : vadimguzhva - iStock
Staphylocoque doré : attention aux multiples sources d’infection !
noté 3.8 - 4 votes

Les staphylocoques sont des bactéries qui sont les premières responsables d’infections nosocomiales, contractées en milieu hospitalier, mais elles peuvent aussi l’être en dehors. Elles sont naturellement présentes dans l’organisme et sur la peau de l’Homme et des animaux. Dans l’environnement, on les retrouve dans les eaux non-traitées, les sols ou les objets souillés. Toutefois, entre 20% et 50% des souches de staphylocoques sont résistantes aux antibiotiques, ce pourquoi il vaut mieux prévenir que guérir.

Qu’est-ce que le staphylocoque doré ?

Le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) est la souche de staphylocoque la plus fréquemment rencontrée chez l’Homme et l’animal. C’est l’un des premiers responsables des infections nosocomiales et des intoxications alimentaires en France. Le staphylocoque doré peut atteindre tous les organes.

30 à 50% de la population est porteur sain du staphylocoque, qui fait partie de la flore bactérienne naturelle de la peau et des muqueuses.

Dans certains cas, une infection symptomatique (entraînant des symptômes) peut se développer :

  • blessure entraînant une infection suppurative (production de pus) et résultent de la prolifération de la bactérie (folliculites, furoncles),
  • intervention chirurgicale, suite à une contamination interne (atteinte des os, du cœur, des poumons et des reins possible),
  • pathologie ou traitement résultant en une diminution des défenses immunitaires,
  • diabète : diminution des défenses immunitaires et taux élevé de sucre dans le sang,
  • intoxication alimentaire staphylococcique : consommation d’aliments qui ont été en contact avec un staphylocoque produisant des entérotoxines (vomissements, diarrhées, crampes abdominales qui disparaissent en général quelques heures après l’ingestion).

Quels sont les autres staphylocoques ?

Les autres staphylocoques sont généralement inoffensifs. mais certains comme le Staphylococcus epidermidis, ou staphylocoque blanc, peuvent devenir pathogène si le sujet ;

  • présente une immunodéficience (sida, radiothérapie, chimiothérapie, néonatalité),
  • ou en cas d’intervention chirurgicale à l’occasion de l’implantation dans l’organisme de corps étrangers.

Le Staphylococcus saprophyticus est un autre staphylocoque responsable d’infections contractées par l’Homme, elle est à l’origine de cystites aiguës et d’infections urinaires survenant principalement chez les jeunes femmes.

Conseils de prévention

Les hôpitaux doivent suivre des mesures strictes d’hygiène et d’isolement des patients pour limiter la propagation de ces bactéries. En dehors de l’hôpital, il est recommandé de se laver les mains régulièrement, notamment après être allé aux toilettes, fait à manger, avant de manger ou de se coucher. Lorsque l’infection a eu lieu, les antibiotiques restent le traitement le plus courant. Toutefois, l’émergence de souches résistantes poussent les chercheurs en médecine à se pencher sur la création d’un nouveau vaccin.

Source

Articles liés :

Salmonellose : l’une des principales causes d’intoxication alimentaire

Escherichia coli entéro-hémorragique : symptômes, transmission, prévention

Jusqu’à 2400 bactéries porteuses de maladies sur notre monnaie (billets, pièces) !