in

Le tatouage, un risque pour l’organisme ?

Le tatouage, un risque pour l’organisme ?
noté 5 - 1 vote

14% des Français majeurs seraient tatoués d’après Le Parisien. Ces six dernières années, près de deux millions de personnes se seraient faites tatouer. D’après les résultats d’une récente étude scientifique menée par une équipe franco-allemande, l’encre des tatouages s’infiltrerait dans le corps humain sous la forme de nanoparticules pour se nicher dans des organes essentiels. Bien que le risque pour la santé de ce phénomène est difficile à évaluer, on sait déjà que la présence de nanoparticules dans l’organisme peut avoir des effets secondaires. Quels sont ces risques potentiels et ces effets ?

Un pigment de couleur blanche en cause

L’étude, publiée dans le journal de renommée Scientific Reports, certaines nanoparticules contenues dans l’encre des tatouages ne restent pas sur la peau et s’infiltrent dans le sang et dans l’organisme.

Au cours de leur étude impliquant des personnes tatouées, les chercheurs ont retrouvé un composant fréquemment utilisé pour créer la couleur blanche : le dioxyde de titane, dans les ganglions lymphatiques de ces personnes.

En utilisant des rayons X ultra-puissants, ils ont pu obtenir la preuve que les pigments et les éléments toxiques dus aux tatouages se « promènent » dans l’organisme. Ces particules passent par le sang, les fluides lymphatiques et par les cellules immunitaires qui les absorbent comme une éponge.

D’après les scientifiques de l’European Synchroton Radiation Facility (ERSF de Grenoble), de l’Institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques (Berlin), des universités de Munich et de Brunswick, auteurs de l’étude, le danger réside dans l’incertitude sur les effets de la présence de ces nanoparticules dans le corps et certains organes.

Ils estiment que ces nanoparticules, et notamment le dioxyde de titane, pourraient provoquer des effets secondaires comme une cicatrisation lente, un gonflement de la peau localisé ou des démangeaisons.

Attention toutefois ! Il ne suffit pas d’éviter la couleur blanche pour rester hors d’atteinte des nanoparticules, de plus le blanc sert souvent de couleur de base afin de pouvoir utiliser d’autres couleurs. On en retrouve d’ailleurs dans certaines crèmes solaires et additifs alimentaires.

Mais d’autres substances sont également présentes dans les encres, comme le nickel, le chrome, le cobalt et le manganèse.

Si vous décidez de vous tourner vers un tatouage éphémère au henné, prenez le temps de tester ce pigment sur une petite partie de votre peau (sur la main par exemple) au moins 24h avant de faire un tatouage complet. Les allergies sont nombreuses et peuvent être sévères avec le henné noir.

Source

Articles liés :

4 remèdes naturels pour réparer la peau

Régime rajeunissant : quels aliments pour une belle peau et une bonne santé ?

8 erreurs beauté à ne plus commettre pour éviter à votre peau de vieillir