in , ,

IVG : délais, étapes, contrôle

Crédits: IStock

L’IVG (Interruption volontaire de grossesse) représente depuis la loi Veil de 1975 le droit pour les femmes de choisir ou non de mettre au monde l’enfant qu’elles ont dans le ventre. Depuis 2016, un arrêté permet le remboursement à 100 % de tous les actes médicaux liés à une IVG ainsi que la disparition du délai de réflexion fixé à sept jours. Mais quelles sont les étapes à franchir avant l’intervention ? Quels sont les délais ? Autant de questions qui sont ici passées au crible.

Des délais imposés

Il existe deux méthodes pour avorter : l’IVG instrumentale et l’IVG médicamenteuse. Selon le ministère de l’Intérieur, les délais dépendent de la méthode choisie :

L’IVG médicamenteuse est pratiquée jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse, soit au maximum sept semaines après le début des dernières règles. En établissement de santé, ce délai peut être prolongé jusqu’à sept semaines de grossesse, soit neuf semaines après la date des dernières règles.

L’IVG chirurgicale peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse, soit 14 semaines après le début des dernières règles.

Woman Gender Symbol Made From Pink Round Pills On White Background
Crédits: IStock/ AndreyPopov

Des consultations préalables à l’intervention

Première consultation

Un premier rendez-vous doit être pris chez un médecin généraliste, une sage-femme ou dans un centre de planification. Deux examens sont alors réalisés :

  • Prise de sang
  •  Examen gynécologique et/ou échographie

La patiente est informée des méthodes d’avortement et un bilan médical permet de déterminer le début de la grossesse et s’il existe des contre-indications à l’utilisation d’une des deux méthodes proposées.

Un entretien d’écoute peut être envisagé selon les désirs et la volonté de la patiente. Il n’est donc pas obligatoire.

Seconde consultation

Si l’entretien d’écoute a lieu, un délai de réflexion de 48 heures est prévu entre la première et la deuxième consultation. S’il n’a pas lieu, le délai minimal ne s’applique pas. Durant cette seconde consultation, la patiente doit informer le personnel médical de son désir d’avorter et choisir par quel moyen. Elle doit certifier cette décision par écrit. Une attestation de seconde consultation lui est remise qui lui permet d’accéder à l’intervention. 

Close up of male psychologist or doctor holding clipboard with medical card listening to patient problems, expert or counselor take notes or fill information during therapy session or counseling
Crédits: IStock/ fizkes

Une visite de contrôle post IVG

Elle est indispensable dans les 14 à 21 jours après l’intervention et permet un dernier contrôle.

Cette visite permet :

  • De vérifier les problèmes infectieux et de rétention (pertes de sang abondantes, température élevée) qui peuvent se développer dans de très rares cas.
  • De s’assurer que l’IVG n’a pas échoué : l’IVG médicamenteuse échoue dans 2 à 5% des cas contre 1% pour une IVG chirurgicale.
  • D’évoquer la question de la contraception

Dans le cas d’une mineure, deux choix s’offrent à elle : soit demander l’aval de ses parents ou d’un représentant légal et être accompagnée dans ses démarches, soit au minimum être accompagnée par une personne majeure.

francetfv-education-logo-mini éducation