in

Coronavirus : la fin des masques ” faits maisons”

Crédits : istock

Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré sur TF1 ce jeudi 21 janvier que les masques dits artisanaux ainsi que les masques de catégorie 2 contre le coronavirus seraient désormais bannis. Le décret mentionnant cette disposition est acté ce vendredi 22 janvier. Cette mesure est établie afin de contrer l’arrivée du nouveau variant de la Covid-19. 

Le nouveau variant anglais mis en cause

À partir de ce vendredi donc, les Français ne pourront plus utiliser de masques artisanaux. En effet, ces derniers ne possèdent aucune mesure de filtration. Une protection donc bien trop dérisoire face au nouveau variant anglais, plus contagieux, voire beaucoup plus contagieux.

La même chose vaut pour le masque industriel de catégorie 2, qui ne filtre les particules qu’à hauteur de 70 %. Au final, seules trois catégories de masques devront en principe être portées dans l’espace public. Les masques chirurgicaux (ceux avec une face blanche et une face bleue) ; les FFP2 (ceux protégeant le plus) et les masques de catégorie 1, industriels et en tissu, qui retiennent 90 % des particules.

femme-masque-magasin
Crédits :dragana991/ istock

Pas de contrôle pour le moment

Il n’y aura pas de contrôles du jour au lendemain sur la filtration des masques annonce Matignon. Le but premier est de sensibiliser la population française pour que les masques les plus protecteurs deviennent la norme dans tout le pays. Ceci permettra de se protéger plus efficacement les uns les autres.

Les masques industriels présentant assez de protection ont un logo présent sur leur emballage, indiquant les pourcentages de filtration.

La distance de sécurité sera également modifiée

Toujours pour contrer le nouveau variant, le gouvernement modifie également la distance de sécurité minimum à partir de laquelle nous ne sommes plus déclarés « cas contact ». Jusqu’ici, cette distance était limitée à 1 mètre. Elle passera désormais à deux mètres selon les préconisations du HCSP ( Le Haut Conseil de la Santé Publique ).