in

Coronavirus : les masques à absolument éviter !

Crédits: Jenhung Huang/ istock

Le 7 août dernier, des chercheurs de l’université américaine de Duke ont mené une expérience pour déterminer quels masques protégeaient le plus de la Covid-19. Les sujets ont testé tour à tour quatorze masques différents, allant du classique masque chirurgical au masque fait maison. Les chercheurs ont par la suite établi un classement de ces masques selon la protection qu’ils offraient. Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir les pires protections contre le coronavirus. 

Le déroulement de l’expérience

L’expérience a été publiée dans le magazine américain Sciences Advances. Les sujets étaient enfermés dans une salle noire, dont la seule lumière émise était celle d’un rayon laser. Ils devaient prononcer la phrase « Stay healthy people » (en français, « prenez-soin de vous »), revêtus tout à tour de chacun des masques.

Le rayon laser avait ensuite pour rôle de faire apparaître les gouttelettes de salive sortant du masque. C’est en effet par ces gouttelettes que le virus peut entre autres se propager. Ensuite, un simple téléphone portable filmait la scène et un algorithme informatique calculait le nombre de gouttelettes que laissaient passer les différents masques. Plus il y avait de gouttelettes, moins le masque se révélait efficace.

Les quatre masques les plus efficaces

Sans étonnement, le masque FFP2 (sans valve) remporte la première place. Il est très utilisé dans le bâtiment, l’industrie pharmaceutique ou encore l’agriculture. Il empêche la diffusion de gouttelettes de plus de 99,9 % par rapport à une personne ne portant pas de masque.

masque-ffp2-covid-coronavirus
Crédits: Evelien Doosje/ istock

Viennent ensuite :

  • Les masques chirurgicaux à trois couches, les masques jetables les plus communs, réduisant la propagation de 90 % environ
  • Les masques en polypropylène et coton/propylène, protégeant quasiment tout autant
  • Et enfin les masques faits maison en coton : entre 70 et 90 % de propagation en moins. À noter que ce chiffre peut varier selon le nombre de couches du masque !

Voici donc les masques empêchant le plus la projection de particules, utilisés par la majorité de la population. Cependant, certaines personnes croient à tort que certains « masques » sont tout aussi efficaces.

Quels sont les pires « masques » à utiliser ? 

Durant l’expérience, les chercheurs ont aussi testé un classique bandana. Cette simple bande de tissu n’a réduit la diffusion des gouttelettes que de 50 %.

Néanmoins, le pire des quatorze masques testés est un accessoire très utilisé des coureurs/joggeurs : un cache-col en polaire. Le nombre de gouttelettes diffusées a au contraire augmenté ! La raison pourrait être la suivante : le cache-col a en fait « divisé » les grosses gouttelettes en gouttelettes plus petites.

Il faut donc faire attention lorsque vous choisissez votre masque. Tous ne se valent pas et les remplacements « de fortune » peuvent se révéler être une très mauvaise alternative aux masques trouvables dans le commerce.