in

Est-il possible de tomber malade de la Covid-19 une deuxième fois ?

Crédits: Drazen Zigic/ istock

En temps normal, une personne atteinte d’une infection développe des anticorps face à la maladie, permettant de le protéger, c’est le cas de la grippe saisonnière par exemple. Pourtant, depuis le début de l’épidémie, des cas de réinfection auraient été enregistrés en Chine, Japon et Corée du Sud. Sommes-nous donc vraiment immunisés suite à une première exposition au coronavirus ?

Réinfection ou infection prolongée ?

Le 25 février dans la ville de Guangdong en Chine, 14 % des personnes officiellement guéries du coronavirus avaient de nouveau été testées positives d’après le site chinois Caixin. Plusieurs hypothèses auraient été évoquées par les chercheurs : des tests de dépistages mal effectués ou des échantillons mal entretenus entre autres.

Mais l’hypothèse la plus plausible serait une infection prolongée au coronavirus et non une réinfection. En effet, des traces du virus pourraient perdurer jusqu’à 37 jours dans le corps. La théorie d’une réinfection ne reste cependant pas impossible, même si elle est assez improbable dans un court laps de temps grâce à nos anticorps.

Nos anticorps nous protègent-ils efficacement du coronavirus ?

L’organisme peut apprendre à se protéger d’un virus grâce à des anticorps, qui lui permettront de le reconnaître plus facilement à l’avenir et de le combattre plus efficacement. C’est le principe de la vaccination et de l’immunité collective : lorsque 60 % de la population a été contaminée par un virus, la maladie ne se propage plus.

Concernant la covid-19, il n’existe aujourd’hui aucune certitude selon l’OMS sur la protection d’une seconde infection suite à une première contamination, même si elles ont développé des anticorps.

Néanmoins, en mars, une expérience a été menée en Chine sur des singes, dans laquelle ils ont été exposés une seconde fois au coronavirus après avoir été guéris. Résultat, aucun des singes n’a développé de nouveaux symptômes, ce qui laisse supposer qu’une première infection protège du virus.

 kit-détection-coronavirus-anticorps-SRAS-COV-2
Crédits : anyaivanova/ istock

Malheureusement, les anticorps que notre organisme développe auraient tendance à disparaître plus ou moins progressivement, selon la sévérité de la maladie. Moins le malade aurait eu de symptômes, plus vite il perdrait ses anticorps, s’exposant de nouveau au coronavirus.

Par conséquent, le développement d’une immunité collective pourrait être ralenti.

Combien de temps les anticorps restent-ils dans notre organisme en moyenne ?

Selon une étude de l’Institut Pasteur menée sur 160 soignants atteints par la maladie, la quasi-totalité d’entre eux aurait commencé à développer des anticorps dès les 15 premiers jours de l’infection. Après 28 jours, 98 % d’entre eux possédaient encore des anticorps.

Au final, les anticorps seraient compatibles avec une protection de la maladie pendant au moins 40 jours après l’apparition des signes. Leur nombre commencerait à diminuer après 6 semaines en moyenne.

Selon une étude chinoise, l’immunité sur une longue durée pourrait donc ne pas exister. Le meilleur moyen de se prémunir contre le coronavirus reste en définitive le développement d’un vaccin.