in

Covid : contamination et transmission post vaccination, où en est-on ?

Crédits : Pixabay

Alors que la vaccination est ouverte à tous et que des milliers de doses sont distribuées chaque jour dans les hôpitaux et autres lieux ouverts spécialement pour l’occasion, la question est désormais de savoir quelle efficacité a le vaccin dans la prévention d’une nouvelle contamination, mais aussi dans la transmission. Voici quelques éléments de réponse.

Un point sur les vaccins

Après le compte-rendu d’une étude des autorités sanitaires Américaines révélant le faible taux de réactions allergiques au vaccin Pfizer, une étude menée par des scientifiques américains de l’université de New York révèle que les deux vaccins Pfizer BioNTech et Moderna seraient particulièrement efficaces contre le variant indien, dernier en date et présent dans plusieurs pays. Même si cette étude parue lundi 17 mai sur le site BioRxiv n’a pas encore été validée scientifiquement par un comité de pairs, ses résultats sont très encourageants.

Vaccins Pfizer
Crédits: Flickr

Par ailleurs, en partenariat avec le laboratoire belge GSK, le laboratoire français Sanofi a annoncé lundi dernier par communiqué de presse que les essais cliniques sur son vaccin sont concluants: “le candidat-vaccin recombinant avec adjuvant contre la COVID-19 de Sanofi et GSK a induit la production de concentrations élevées d’anticorps neutralisants chez les adultes, toutes tranches d’âge confondues, à des niveaux comparables à ceux observés chez des personnes qui s’étaient rétablies d’une infection COVID-19. Une étude pivot internationale de phase III devrait débuter dans les prochaines semaines“. Le laboratoire annonce la possible mise sur le marché de son vaccin au quatrième trimestre 2021.

Existe-t-il un risque de contamination / transmission après la vaccination ?

Des études autour d’un des premiers vaccins mis sur le marché, Pfizer-BioNTech, ont été menées au Royaume-Uni et en Israël. Ces deux pays sont particulièrement intéressants, car ils ont commencé leur campagne de vaccination plus tôt que les autres et leur taux de couverture vaccinale globale est bien supérieur à celui du reste du monde.

Menée au Royaume-Uni, la première étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 62 000 personnes. Elle s’est intéressée aux seniors de plus de 80 ans, plus fragiles à cause d’un système immunitaire plus faible. Les résultats montrent que l’efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech est de 60 à 70 % après la première dose et de 89 % deux semaines après la seconde. Ces valeurs sensiblement équivalentes à celles des plus jeunes.

Vaccin covid
Crédits: Christian Emmer/ emmer.com.ar

La seconde recherche a été réalisée en Israël auprès de 60 000 patients ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech. Elle visait à déterminer le nombre de personnes ayant :

– eu un dépistage positif à l’occasion d’un nouveau test ;
– ressenti des symptômes de la maladie ;
– été hospitalisées ou étant décédées.

Les résultats sont sans appel : trois à quatre semaines après la première dose, la fréquence des infections asymptomatiques est en baisse de 52 %, et ce, sans variation liée à l’âge, au sexe ou aux antécédents médicaux. Sept jours après la seconde dose, la réduction du nombre d’infections monte à 90 %.

Concernant la transmission du virus, une troisième étude a été menée en Israël auprès de 5 000 personnes et a permis d’étudier la quantité de virus présent dans le nez jusqu’à la paroi arrière du pharynx après vaccination. De cette façon, il est possible de connaître le degré de contagiosité d’un individu. Selon les résultats de cette étude, le virus détecté par le test est 3 à 4,5 fois plus faible chez les patients ayant reçu une dose du vaccin Pfizer-BioNTech depuis au moins douze jours que chez les non-vaccinés.

Même si nous ne disposons pas d’un recul suffisant, les résultats de ces premières études laissent espérer une résistance aux différents variants et sont encourageants pour la poursuite du développement de la campagne de vaccination. Il s’agit donc d’un pas de plus dans la lutte contre la pandémie.