in ,

La Prep: la “pillule anti sida”

Crédits : IStock / nito100

La Prep est l’abréviation de Prophylaxie Pré-Exposition. Le terme prophylaxie désigne le fait d’éviter une infection et celui de pré-exposition indique que le traitement doit être pris avant (et après) un éventuel contact avec le VIH. Disponible depuis quelques années sur le marché, le grand public semble pourtant peu connaître cette protection. Elle mérite néanmoins que l’on s’y attarde. Comment fonctionne-t-elle ?  Quel est son mode d’administration ? Quid de sa protection et son efficacité ? Autant de questions qui trouvent ici leurs réponses. 

1. Comment la Prep fonctionne ?

Pour pouvoir prendre la Prep, vous devez avoir une ordonnance délivrée par un médecin spécialiste ou un médecin généraliste. Les hommes comme les femmes peuvent prétendre à ce traitement.

Vous devez effectuer la vaccination contre les hépatites A et B ainsi qu’un dépistage du VIH, des hépatites et des IST, et ce, même si vous n’avez aucun symptôme.

L’ ordonnance est à renouveler tous les trois mois et la prise en charge par la Sécurité sociale est de 100%.

2. Le mode d’administration

Vous avez le choix entre une prise en continu ou en discontinu.

En continu, vous devez donc la prendre tous les jours à heure fixe, tout comme la pilule contraceptive. Pour démarrer la Prep, vous devez prendre deux pilules en même temps, entre 2 h et 24 h avant le premier rapport sexuel. Le mieux est d’adopter un rythme de croisière d’une pilule par jour à heure fixe. Si vous souhaitez arrêter la prise, veillez à prendre une pilule par jour pendant deux jours après le dernier rapport sexuel.

En discontinu, prenez deux pilules en même temps, entre 2 h et 24 h avant votre premier rapport sexuel. Prenez ensuite une pilule 24 h après cette première prise, puis une dernière 24 h après la seconde prise, toujours à la même heure. Si vos rapports sexuels s’étalent sur plusieurs jours, continuez la prise à raison d’une pilule par jour, à heure fixe. Lorsque vous souhaitez arrêter, vous devez, comme pour la prise en continu, avoir pris deux pilules (une par jour sur deux jours) après le dernier rapport sexuel.

Les femmes qui choisissent la Prep doivent faire le traitement de manière continue, car son efficacité pourrait être insuffisante dans le cas contraire. Selon l’OMS, l’efficacité maximale du traitement est atteinte après sept jours de prise en continu, pour les hommes comme pour les femmes.

Open bottle of prescription PrEP Pills for Pre-Exposure Prophylaxis to help protect people from HIV.
Crédits : IStock / YakubovAlim

3. La protection face aux autres infections sexuellement transmissibles

La Prep ne protège pas des autres infections sexuellement transmissibles (IST) comme l’hépatite A, B ou C, la chlamydia ou la syphilis. Les femmes peuvent également tomber enceinte.

Les utilisateurs doivent se soumettre à un dépistage tous les trois mois pour vérifier qu’ils n’ont pas contracté d’IST. La prise d’une contraception complémentaire est indispensable.

4. La Prep est-elle efficace ?

Sida Info Service est partenaire de l’étude ANRS Prévenir lancée en mai 2017. Elle s’intéresse à l’impact de la Prep sur l’épidémie du VIH dans la région Ile-de-France. Dès le mois de juillet 2018, aucun cas d’infection par le virus n’a été observé. Les modalités de prise (en continu ou en discontinu) n’affectent pas les résultats.

Les études révèlent qu’à San Francisco aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas de VIH a chuté de 49 % entre 2012 et 2016, date à laquelle la Prep a été autorisée.

Par ailleurs, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) recommande la Prep.

La Prep semble pouvoir apporter une réponse face aux dangers du VIH : efficacité prouvée et suivi qualitatif. Toutefois, son mode d’administration reste plutôt complexe. Il peut laisser place à des erreurs et donc une efficacité moindre, voire nulle. Pour les femmes qui prennent déjà la pilule contraceptive, l’ajout d’une seconde pilule peut également poser question quant aux effets secondaires sur la santé. 

Pour aller plus loin:

Sources: