in ,

“Olive” lève le voile sur la fausse couche

Crédits : court-métrage / Crew United

Le court-métrage de douze minutes Olive donne à voir la charge psychologique liée à une fausse couche. Il est diffusé depuis le 13 juin 2021 sur la chaîne YouTube de la scénariste Maud Bettina-Marie. Ce film narre l’histoire d’une femme qui a fait une fausse couche et qui n’arrive pas à « passer à autre chose », comme le lui demandent ses proches. Un court métrage tout en sensibilité qui montre le dur combat de ces femmes.

Un film qui colle à une réalité invisible

Pourquoi Olive ? C’est le surnom que le personnage principal donne à son bébé qui ne verra jamais le jour, car il avait « la taille d’une olive ».  

La fausse couche est souvent utilisée comme un rebond scénaristique dans les films ou dans les séries. Toutefois, peu d’œuvres de fiction s’intéressent en profondeur à cette thématique. Maud Bettina-Marie explique par les images et les mots la souffrance psychologique que doivent traverser les femmes victimes d’une fausse couche. Comment se reconstruire ? Comment survivre aux phrases maladroites de ses proches ? Le court-métrage nous embarque dans les différentes épreuves du personnage principal : l’annonce par la sage femme, le rapport au couple, la vision des autres femmes enceintes, les séances de psychothérapie jusqu’au stade final du deuil et de la reconstruction.

Guy reassures beloved girl holds her hand showing love and sincere care, close friend supports girlfriend shares troubles, husband comforting wife pair goes through infertility health problems concept
Crédits : IStock / fizkes

La fausse couche dans le monde

Michelle Obama, l’ancienne première dame aux États-Unis, a évoqué cette épreuve dans ses mémoires. Meghan Markle, mariée au prince Harry, a également abordé ce sujet dans les colonnes du New York Times en novembre 2020. Pourtant, la fausse couche reste quelque chose de régulièrement passé sous silence. En outre, il n’existe actuellement aucune prise en charge spécifique en France. Il est possible de bénéficier d’un arrêt maladie, mais pas d’un congé spécifique, comme c’est le cas notamment en Nouvelle-Zélande. Des voix s’élèvent pour demander une meilleure reconnaissance de ce traumatisme.

Selon une étude publiée en avril 2021 dans la revue The Lancet, une femme sur dix fait une fausse couche dans le monde chaque année. Au total, 23 millions de fausses couches se produisent, soit environ 15% du total des grossesses.

Pour aller plus loin :