in

Paralysie du sommeil : causes, symptômes et solutions

Crédits : Pixabay
Paralysie du sommeil : causes, symptômes et solutions
noté 5 - 1 vote

La paralysie du sommeil est un trouble qui survient durant l’état hypnagogique ou hypnopompique (pendant l’endormissement ou au réveil). Elle se caractérise par le fait de ne pouvoir ni bouger, ni parler et encore moins crier. Elle est souvent accompagnée d’une sensation de présence inquiétante et d’hallucinations. Ce phénomène n’est pas rare car 20 à 30% de la population en aurait fait un jour l’expérience. Mais quelles sont les causes de cette paralysie du sommeil, et surtout comment lutter contre cet état désagréable et effrayant ?

La paralysie du corps et de la parole la nuit, est bien souvent accompagnée d’hallucinations et sensations de présence. Il existe plusieurs niveaux d’hallucinations pouvant varier de l’illusion minime à la conviction d’une expérience réelle :

  • Dans les deux tiers des cas, les personnes éprouvent juste la sensation d’une présence ou d’une entité. Cette présence est la plupart du temps « ressentie », le sujet ayant l’impression qu’elle est hors du champ de vision, debout dans la pièce ou assise sur le lit.
  • Parfois elle paraît inquiétante, inquisitrice ou maléfique.
  • Plus rarement, elle peut se montrer agressive, et s’asseoir sur le torse du dormeur pour essayer de l’étouffer ou de l’étrangler.

Partout dans le monde, ce phénomène à inspiré l’imaginaire collectif et de nombreux artistes.

Crédits : Wikipedia/Sleep paralysis/The nightmare de Henry Fuseli (1731)

Quelles en sont ses causes ?

La paralysie du sommeil apparaît durant les phases de sommeil paradoxal, c’est à ce moment que l’activité cérébrale est la plus intense car c’est pendant cette période que l’on rêve, cela dure entre 15 et 20 minutes.

Lors du sommeil paradoxal, le corps devient naturellement immobile. Voilà pourquoi les personnes qui expérimentent une paralysie du sommeil n’arrivent pas à bouger. En réalité, ce véritable cauchemar éveillé correspond à un éveil incomplet, le cerveau est éveillé mais le corps est plongé dans un sommeil paradoxal.

Les hallucinations et l’impression de présences sont quant à elles dues à la peur. En effet, sous l’emprise de celle-ci, le cerveau encore dans un état de conscience intermédiaire entre le sommeil et l’éveil, essaie de trouver une explication à cette paralysie et produit l’entité ou la présence effrayante. Le spécialiste du sommeil, docteur Royan-Parola nous explique « L’angoisse peut générer beaucoup d’interprétations pour justifier et comprendre ce qui est en train de se passer. C’est tellement déroutant de se sentir dans cette situation là, que parfois on a l’impression de glisser dans une autre dimension, d’avoir une personne ou une chose qui vous empêche de vivre. Ces paralysies du sommeil sont tellement incompréhensibles pour le cerveau, qui est quand même très rationnel, qu’on essaye de se raccrocher à quelque chose pour l’expliquer.».

La paralysie du sommeil est un symptôme de la narcolepsie, un trouble du sommeil qui correspond à un endormissement de manière incontrôlée. Mais tous les individus qui en font l’expérience n’en sont pas atteints. Le stress, l’anxiété, une modification brutale du mode de vie (deuil, déménagement, nouveau travail), un rythme de sommeil non-régulier, sont d’autres facteurs qui peuvent augmenter les risques de faire cette mauvaise expérience.

Comment soigner la paralysie du sommeil ?

Mis à part le coté effrayant des impressions décrites précédemment pouvant engendrer du stress et de l’anxiété, la paralysie du sommeil ne présente aucun danger réel.

Pour la surmonter, il faut avant tout en prendre conscience, en connaissant ses symptômes et causes. Le seul fait d’expliquer le mécanisme de la paralysie du sommeil aux personnes qui en souffrent, peut non seulement faire disparaître la peur mais aussi les hallucinations associées.

Lors d’une paralysie nocturne, pour la surmonter, il ne faut surtout pas lutter. Le docteur Royan-Parola précise « Plus on se défend contre cette sensation, plus on essaye de se réveiller et moins on y arrivera. Le mieux c’est de se laisser complètement aller, de se laisser porter par la détente. Ainsi, soit vous allez vous rendormir et ça va durer moins longtemps, soit vous luttez et vous risquez de rester dans cet état intermédiaire très pénible pendant de longues minutes. ».

En prévention, pour vous endormir, essayez des techniques de relaxation comme la sophrologie par exemple.

Sources : CIRCEE, Marie Claire, Doctissimo

Articles liés :

Comment reconnaître les signes de l’apnée du sommeil ?

Smartphones : quels impacts sur le sommeil et la santé ?

Stress, déprime, insomnie : les remèdes homéopathique