in

Coronavirus : nos animaux domestiques sont-ils en danger ?

Crédits :InnaVlasova/ istock

La question est importante et peut susciter des craintes chez certaines personnes. Si l’homme est sensible à la covid-19, pourquoi pas les animaux ? Si le risque existe pour ceux génétiquement proches de nous, il est également présent pour ceux régulièrement en contact avec l’être humain… Quels sont les risques pour ces derniers ? Comment les protéger et nous protéger ? Voici les dernières avancées de la recherche sur le sujet.  

Plusieurs dizaines de mammifères vulnérables

C’est en tout cas les résultats de cette étude de l’University College de Londres menée sur 26 espèces animales régulièrement en contact avec des êtres humains. Le but était d’analyser et mesurer le risque d’infection par l’homme.

En effet, l’humain possède une protéine appelée ACE2 à laquelle la Covid-19 peut se fixer, une sorte de porte d’entrée pour elle en somme. Or des analyses approfondies ont été effectuées sur le génome des animaux possédant également cette protéine. Sans surprises, les singes comme les bonobos et chimpanzés, dont la structure génétique est très proche de celle de l’Homme, sont extrêmement vulnérables. C’est également le cas pour les moutons.

D’autres espèces sont moins sensibles au coronavirus : les poissons, la plupart des oiseaux ainsi que les reptiles.

Les chercheurs précisent néanmoins que cette liaison de la Covid-19 à cette protéine ACE2 ne peut pas être la seule explication à un tel risque d’exposition chez les animaux.

Plus grave encore, car plus en contact avec nous, les chiens et les chats peuvent être potentiellement infectés.

Les chats sont particulièrement sensibles

chat-masque
Crédits :Svetlanais/ istock

Une autre étude publiée le 1er septembre 2020, chinoise cette fois, a prélevé des échantillons sur 102 félins issus de la ville de Wuhan. Parmi eux, 15 chats avaient développé des anticorps contre le SARS-CoV-2. Cela prouverait manifestement qu’ils avaient été atteints de la Covid-19 par le passé.

De décembre 2019 à juin 2020, 5 chats étaient d’ailleurs décédés des suites d’une infection au coronavirus dans le monde, dont un en France.

Pour en revenir à l’étude de l’UCL, les résultats de l’enquête évoquent la possibilité que les animaux sensibles à la Covid-19 servent à leur tour la propagation du virus en agissant comme des sortes de « réservoirs ». Ils réinfecteraient alors potentiellement les humains.

Quelles précautions prendre ?

L’Anses recommande les mesures suivantes pour limiter au maximum les risques :

  • Évitez que votre animal de compagnie ne vous contamine en vous léchant au visage
  • Par prévention, ne mettez pas en contact votre animal avec des personnes atteintes ou des cas contacts
  • Lavez-vous les mains consciencieusement après avoir caressé un animal

Cependant, il est inutile de laver son animal de compagnie après une balade et avec des produits inadaptés (comme l’eau de javel par exemple !).

D’autres espèces menacées d’extinction

La pandémie du coronavirus représente un véritable danger écologique. Nous l’évoquions précédemment, certains singes sont tout autant vulnérables que les hommes. C’est le cas de l’orang-outan de Sumatra et du gibbon à joues blanches du Nord par exemple. L’Union Internationale pour la Conversion de la Nature (UICN) classe 40% des espèces potentiellement vulnérables au coronavirus comme « menacées ».