in

Cruralgie : causes, symptômes et traitements

Crédits :tommaso79/ istock

La cruralgie est une douleur qui atteint les lombaires. Il s’agit d’une affection qui survient lorsque de la compression du nerf fémoral. Avec l’âge, les risques de contracter une cruralgie augmentent.

Quelles sont les causes de la cruralgie ?

La cruralgie se forme lors d’une compression des racines du nerf crural (ou fémoral). Ces dernières deviennent alors inflammées. Plusieurs causes peuvent exister :

  • La hernie discale : c’est la première cause de cruralgie. Elle survient lorsque le disque intervertébral s’écrase et perd en souplesse. La hernie discale peut alors coincer des nerfs. C’est lorsque nerf situé entre la troisième et la quatrième lombaire se retrouve compressé que l’on parle de cruralgie.
  • Une tumeur : il peut s’agir d’une tumeur primitive du rachis ou bien d’une métastase osseuse localisée dans le rachis.
  • Un tassement vertébral :  possiblement dû à l’ostéoporose. Il s’agit d’un phénomène assez fréquent chez la femme ménopausée. Cependant, il peut être également dû à un accident.

D’autres causes sont enfin possibles, comme l’arthrose lombaire ou un hématome du psoas.

Quels en sont les symptômes ?

hernie-discale
Crédits :peterschreiber.media/ istock

Les symptômes de la cruralgie se déclenchent par la compression du nerf fémoral. Ce dernier provoque une vive douleur dans le bas du dos, l’arrière de la cuisse ou encore la face interne du genou.

Lorsqu’il est touché, le malade peut également ressentir :

  • Une sensation de picotements
  • Des difficultés à marcher ou bouger la jambe et le pied
  • Des sortes de décharges électriques

Les douleurs peuvent intervenir lors d’une marche ou d’un exercice physique, mais également au repos, voire pendant la nuit. Elles peuvent dans certains cas être accompagnées de fièvres.

Comment la traiter ?

Si la cruralgie est liée à une hernie discale, le traitement durera entre 6 et 8 semaines. Il comprend du repos, des anti-inflammatoires ainsi que l’administration d’antalgiques.

À noter que parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Par la suite, une kinésithérapie peut — être envisagée afin de rééduquer de bons mouvements au patient. Ainsi, elle consistera en un apprentissage d’un bon maintien du dos et des exercices de musculation (quadriceps, abdominaux et spinaux entre autres).

Dans le but d’empêcher les récidives, la pratique d’une activité sportive est excellente.