in

Les colorations capillaires augmenteraient le risque de cancer du sein

Crédits :okskukuruza/ istock

Une étude américaine a suivi pendant un an 47 000 femmes toutes âgées entre 35 et 74 ans. Ils auraient découvert une corrélation entre l’utilisation de produits capillaires chimiques et le risque de développer un cancer du sein. Les produits en question étaient des colorations permanentes ainsi que des produits de lissage des cheveux.  

Une augmentation du risque du cancer du sein

L’étude fut publiée dans « l’International Journal of Cancer » par l’Université de Caroline du Nord. Bien qu’ils s’agissent de résultats préliminaires, ceux-ci se sont révélés plutôt inquiétants.

Les 47 000 femmes n’ont pas développé de cancers du sein elles-mêmes pendant leur suivi, mais elles avaient été choisies parce que leur sœur ou un membre de leur famille en avait été atteint.

Partant de ce postulat, il a été relevé que les femmes utilisant des produits capillaires chimiques pour se teindre les cheveux avaient 9 % de risque en plus qu’une femme qui n’en utilisait pas.

examen-sein-cancer-femme
Crédits :SerhiiBobyk/ istock

Les femmes afro-américaines plus touchées

Les femmes afro-américaines seraient plus susceptibles d’être touchées. La cause serait la composition des produits qu’elles utilisent, parfois plus chargés en substances hormonales.

Un autre facteur serait la fréquence d’utilisation de ces produits.

Ainsi, les femmes afro-américaines utilisant des colorations capillaires toutes les 5 à 8 semaines auraient un risque de cancer du sein accru de 60 %.

La même observation aurait été constatée sur les produits défrisants.  Là encore une utilisation régulière accroitrait les risques de 30 %.

Les risques sont les mêmes pour une femme blanche ou afro-américaine, mais ces dernières durant l’étude avaient tendance à utiliser ces produits lissants plus régulièrement.

Il est évident que ces produits ne seraient qu’un facteur parmi tant d’autres. Des études complémentaires seraient nécessaires pour déterminer avec précision ces autres facteurs.

Cependant, il serait bon dans tous les cas de limiter l’utilisation de ces produits chimiques.

Quelles alternatives ?

L’association Santé Environnement France avait relevé plus de 17 molécules plus ou moins dangereuses dans certaines colorations capillaires, parmi lesquelles de l’ammoniaque.

De la paraphénylènediamine était également présente, un produit hautement irritant, mais non interdit en cosmétique.

Prenez donc garde à la composition de ces produits en magasin. Également, vous pouvez opter pour des colorations 100 % naturelles et économiques.