in ,

Naturopathie : 4 informations à connaître avant de se lancer

© iStock

Depuis plusieurs années, les médecines douces dites aussi parfois alternatives ont la côte ainsi qu’en atteste le nombre croissant de recherches sur internet pour trouver un naturopathe, celles-ci ayant quadruplé depuis 2013. Toutefois, le travail du naturopathe et son domaine d’expertise restent encore peu connus. L’OMS définit en effet la naturopathie comme un ensemble « de méthodes thérapeutiques qui encouragent le processus d’autoguérison du corps« , insistant ensuite sur le fait qu’elle « peut être décrite comme la pratique générale des thérapies de santé naturelle« . Mais en quoi consiste-t-elle exactement au final et à qui s’adresse-t-elle ?

1) Naturopathie : de quoi s’agit-il ?

Bien que très à la mode, la naturopathie ne date pas d’aujourd’hui. Ses origines remonteraient même à Hippocrate, médecin grec en 400 avant J.C et père de la médecine telle que nous la connaissons. C’est toutefois aux États-Unis et en Allemagne qu’elle commence à prendre forme au XIXe siècle avant de s’affiner en France les années 1930-40, sous l’égide de Pierre Valentin Marchesseau.

Elle regroupe un ensemble de techniques naturelles pour une action préventive et parfois curative dans le domaine de la santé. En combinant des connaissances en nutrition (alimentation et cures detox), en aromathérapie, en phytothérapie, en réflexologie, en iridologie, en hydrologie, en lithothérapie ou encore massages énergétiques ou bien être, le naturopathe propose tout un éventail d’outils qui se détachent de la médecine conventionnelle pour permettre à son patient d’atteindre un état de santé optimal.

remèdes naturels plantes
© Pixabay

2) Comment le naturopathe se forme-t-il ?

En France, les naturopathes suivent le plus souvent une formation au sein d’écoles privées, mais il leur est aussi possible de suivre une formation de naturopathe à distance. Au cours de leur cursus qui dure entre trois ou quatre ans suivant les écoles, ces professionnels se forment à l’anatomie, aux pathologies, à la physiologie ainsi qu’aux différentes techniques fondamentales de la naturopathie (apprenant au passage le lien entre les diverses interactions qui existent entre les plans physique, mental, émotionnel et spirituel) et l’accompagnement des patients. Cette formation représente 1200 h minimum et inclut des stages, un mémoire et un examen de la FENA (qui n’est pas obligatoire). Au cours de cette formation, et en fonction de leurs affinités, les naturopathes se spécialisent souvent dans un domaine en particulier.

3) Quand consulter un naturopathe ?

Enfants-douleurs-ventre
Crédits :Ivan Zhdanov/ iStock

En général, le naturopathe intervient pour faire de la prévention (avant l’apparition de troubles) ou en accompagnement de la médecine traditionnelle. Elle peut notamment être employée pour renforcer les défenses immunitaires et pour maintenir son capital santé. À ce jour, les études et preuves scientifiques attestant de son efficacité et de ses bienfaits sont très rares. Reste que des résultats cliniques peuvent être observés dans le cadre de nombreuses pathologies et contre les dérèglements bénins du quotidien. Cela inclut par exemple :

-La fatigue et les troubles du sommeil
-Le stress et l’anxiété
-Les maladies articulaires et musculaires, en particulier les affections rhumatismales et arthritiques chroniques telles que l’arthrite, l’ostéoporose, la polyarthrite ou l’arthrose
-Plus globalement, les douleurs chroniques et troubles aigus bénins
-Les troubles respiratoires répétitifs ou chroniques et affections de la sphère ORL (otite, angine, sinusite, etc.)
-Les troubles dermatologiques (acné, eczéma, urticaire ou encore psoriasis) ou les troubles gynécologiques et menstruels (mycose, endométriose, etc.)
-La déprime et les addictions
-Les troubles digestifs et métaboliques (obésité et surpoids, digestion difficile, syndrome du côlon irritable, etc.) ou gastro-hépatiques (dysbiose, hépatomégalie, etc.)
-Les allergies, notamment les intolérances alimentaires (gluten, lactose, etc.)
-Tous les maux du quotidien liés à l’âge ou aux hormones (ménopause, syndrome prémenstruel)

Le naturopathe peut aussi intervenir dans l’encadrement des maladies auto-immunes (diabète de type 1, sclérose en plaques, etc.), de la grossesse ou même de thérapie lourde en complément du médecin spécialiste. Il n’est par ailleurs pas inhabituel que ce spécialiste établisse des ponts avec d’autres professionnels dans le cadre du suivi  en renvoyant son patient vers un médecin nutritionniste, un ostéopathe, un sophrologue ou encore un phytothérapeute.

naturopathie remèdes naturels compléments alimentaires plantes
© iStock

4) Nos conseils avant de consulter

Ce qu’il faut retenir, c’est que la naturothérapie est une médecine douce qui s’adresse à tous, quel que soit leur âge ou leur condition physique. Qui plus est, plus on s’y prend tôt, plus on pourra agir en prévention et éviter aux maux de s’installer. Cela ne doit toutefois pas vous empêcher de faire attention. Avant de consulter un praticien, assurez-vous qu’il est bien diplômé et qu’il a signé un code de déontologie. Identifier les professionnels de confiance est essentiel pour une bonne prise en charge de vos problématiques. Par ailleurs, rappelons que les médecines douces ne remplacent pas la médecine générale conventionnelle. Aussi, consulter un médecin traitant constituera un prérequis essentiel avant la consultation d’un naturopathe ou l’arrêt de votre traitement habituel.