in

Phobophobie : la peur… D’avoir peur

Crédits :SIphotography/ istock

Vous souvenez-vous de cette scène dans le film Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ? Harry passe le test de l’épouvantard, censé prendre la forme de se qui nous fait le plus peur au monde. Il tombe nez à nez avec un détraqueur, une créature vraiment pas gentille du tout qui aspire l’âme de ses proies. Plus tard, lorsqu’il raconte l’histoire à son professeur Lupin, celui lui répond : « Ce dont vous avez le plus peur est la peur elle-même ». Voilà donc qui tendrait à nous faire penser que notre cher Harry est phobophobe : il est angoissé à l’idée… D’avoir peur ! 

Qu’est-ce que la phobophobie ?

Tout d’abord, une phobie est caractérisée par une peur exacerbée, une sorte de mauvaise interprétation de notre cerveau sur les signaux de dangers. Par conséquent, notre corps réagit lui aussi de manière exagérée.

La phobophobie, elle, représente la peur d’avoir peur. Pour être plus précis, il s’agit de l’anticipation de cette peur et de ses conséquences comme la crise de panique, l’envie de mourir ou la sensation d’étouffement. Ironie du sort, c’est justement l’anticipation des symptômes de la phobie qui les provoque. Plus grave encore, la phobophobie va amplifier ces derniers. Ainsi, les crises d’angoisse sont très aiguës. D’autres symptômes peuvent se manifester, comme la peur de mourir, des nausées, des étourdissements et des tremblements.

hypnose
Crédits :Visual Generation/ istock

Quelles en sont les causes ?

Plusieurs causes peuvent être à l’origine de cette maladie. En premier lieu, cela peut venir de l’éducation qu’a subie la personne durant son enfance. En effet, le conditionnement dans lequel certains parents peuvent mettre leur enfant est parfois un signal déclencheur. Interdiction de sortir, surprotection, mises en garde répétitives représentent autant de facteurs.

Une autre cause possible pourrait être un traumatisme survenu dans le passé. Suite à une mauvaise expérience, le corps se conditionne pour lancer régulièrement un signal d’alerte associée à une phobie quelconque. Enfin, la génétique du patient rentre parfois également en ligne de compte.

Comment la traiter ?

Autant le dire tout de suite, il n’existe pas véritablement de traitement médicamenteux pour venir à bout de la phobophobie. En revanche, il est vital de savoir poser un mot, une cause sur son mal-être et cette phobie, pour sortir de ce cercle vicieux. Ainsi, des thérapies comportementales peuvent être conseillées selon les cas. Elles fourniront un bien meilleur angle de progression que la prise de médicaments.

D’autres méthodes alternatives sont donc envisageables, telles que l’hypnose, la méditation ou encore l’EMDR (ou désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires).