in

Cancer de l’ovaire : ce qu’il faut savoir

© iStock
Cancer de l’ovaire : ce qu’il faut savoir
noté 5 - 1 vote

Sachez qu’à ses premiers stades, le cancer de l’ovaire ne se manifeste pas forcément par des symptômes spécifiques, c’est pourquoi il est important de prévenir les facteurs de risque et de consulter un gynécologue régulièrement. Le cancer de l’ovaire est une maladie chronique et mortelle qui se développe lorsque les cellules de cet organe se multiplient de façon incontrôlée.

Le cancer de l’ovaire est difficile à diagnostiquer à cause de l’absence de symptômes évidents dans un premier temps. Plus il évolue, plus ces symptômes se font ressentir :

  • inflammation abdominale,
  • douleurs pelviennes,
  • indigestions,
  • envies fréquentes d’uriner,
  • fatigue,
  • perte brutale de poids.

2) Quels sont les facteurs de risque ?

Le risque de développer un cancer des ovaires augmente en fonction de certains facteurs :

  • les antécédents familiaux : la mutation spécifique de certains gènes peut conduire au développement anormal de cellules,
  • l’âge de plus de 50 ans chez les femmes,
  • la prise de certains médicaments ou traitements, notamment pour la fertilisation,
  • les changements hormonaux,
  • la consommation excessive d’alcool et de tabac,
  • l’obésité.

3) Un “assassin silencieux” qui peut toucher toutes les femmes

La plupart des femmes atteignant 50 ans un jour peuvent être exposées à cette maladie. Mais ce cancer est surnommé ‘assassin silencieux’, car il se caractérise par l’absence de symptômes lors des premiers stades de développement de la maladie.

C’est pourquoi le diagnostic de cette maladie est très compliqué.

Généralement pendant la ménopause mais aussi à des âges plus jeunes, les changements hormonaux augmentent le risque de cancer de l’ovaire.

Chaque année dans le monde, 140.000 femmes meurent de cette maladie et 250.000 nouveaux cas sont diagnostiqués. Prenez régulièrement rendez-vous avec votre gynécologue, environ 1 fois par an à tous les deux ans, afin de réaliser un check-up.

Dans la plupart des cas, le cancer est décelé trop tard et celui-ci a eu le temps de s’étendre à d’autres parties du corps.

4) Une espérance de vie moyenne de 5 ans

Cette espérance de vie varie en fonction :

  • du stade de développement de la tumeur
  • et de l’âge de la patiente au moment où elle est diagnostiquée.

46% des femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire ont une espérance de vie d’au moins 5 ans après le diagnostic.

5) Il est possible de l’éliminer à 90%

Lorsque le cancer de l’ovaire est diagnostiqué dès les premiers phases de son développement, les patientes ont jusqu’à 90% de chances de le surmonter grâce à un traitement efficace et moins agressif.

C’est pourquoi il est très important de consulter, dès le moindre doute sur l’un des symptômes précités, un médecin ou un gynécologue. 

6) Peut-on le détecter avec un frottis vaginal ?

Non, on ne peut pas détecter un cancer des ovaires grâce à un frottis (cytologie vaginale) même s’il est important d’en faire tous les deux ans pour vérifier l’absence de symptômes du cancer du col de l’utérus. Ce dernier s’appelle le test de Papanicolaou (frottis vaginal), il détecte des changements dans les cellules du col de l’utérus.

Mais l’examen qui vérifie la présence ou non d’un cancer de l’ovaire comprend un examen pelvien et une analyse de sang.

Source

Articles liés :

Détecter précocement le cancer grâce à un simple test ?

Syndrome des ovaires polykystiques : des symptômes surprenants

Allaitement : les 5 avantages indéniables