in

Cocaïnomanie : causes, symptômes et traitements

Crédits :pashapixel/ istock

La cocaïne se classe parmi les drogues dans la catégorie des drogues stimulantes en agissant directement sur le système nerveux central. Lorsque la consommation de cocaïne est régulière, et les effets de manque tels qu’ils créent une dépendance, nous parlons alors de cocaïnomanie. 

Quelles sont les causes de la cocaïnomanie ?

La cocaïne est classée dans la catégorie des stupéfiants. Sa consommation régulière peut donc très vite entraîner un phénomène de dépendance. Les personnes manquant d’assurance ou facilement sujet à des dépendances affectives peuvent plus facilement devenir dépendants à la cocaïne. La cocaïne possède un effet modificateur très rapide sur les neurones, ce qui peut entraîner une dépendance physique ou psychique même après un très petit nombre d’utilisations.

drogue-cocaine
Crédits :DedMityay/ istock

Quels en sont les symptômes ?

Les effets immédiats de la cocaïne sur l’organisme sont les suivants :

  • Sentiment de toute-puissance et de confiance en soi
  • Regain d’énergie et sensation d’être plus lucide
  • Stimulation du désir sexuel
  • Effet anesthésiant

Puis arrive la phase de descente, très désagréable. Le consommateur se sentira plus fatigué, moins motivé, voire irritable. Chez un consommateur atteint de cocaïnomanie, cet état peut durer entre 1 et 5 jours. Pour compenser, ce dernier peut être tenté de prendre des anxiolytiques ou de l’alcool, renforçant également sa dépendance à d’autres produits.

Parmi les effets secondaires de la cocaïnomanie, nous pouvons citer :

  • Des sentiments paranoïaques
  • Une dilatation des pupilles, la bouche sèche
  • Une augmentation des risques de maladies cardio-vasculaires
  • Des insomnies, un sentiment d’épuisement constant

Quels traitements existent-ils ?

Pour sortir de la dépendance à la cocaïne, il est nécessaire de passer par une phase de sevrage. Elle commence tout débord bien évidemment par l’arrêt immédiat de la consommation. Celle ci peut-être organisée notamment en supprimant tous les moyens permettant de de rentrer en contact avec la substance.

Par la suite, il est nécessaire de combattre la sensation de manque. Car en effet, dans certains cas, il est possible que cette dernière entraîne une dépression ou des délires psychotiques. Le processus se scinde en deux parties. Premièrement, la pharmacothérapie ou aide médicamenteuse. Même s’il n’existe pas de traitement pour soigner directement la dépendance, les effets secondaires peuvent être combattus. Ainsi, des médicaments comme les antidépresseurs ou les régulateurs de dopamine sont très efficaces pour soigner les crises comme la dépression.

Parallèlement au traitement médicamenteux, une thérapie cognitivo — comportementale est souvent mise en place. Il s’agit d’une aide psychothérapeutique visant à instaurer des techniques comportementales pour gérer le manque et ne pas replonger. Des groupes de soutien sont également mis en place pour aider les personnes à parler de leurs expériences personnelles.