in

Coronavirus : un nouveau masque transparent pour aider les handicapés

Crédits :lakshmiprasad S/ istock

De nouveaux masques sont disponibles à l’achat, comportant une bande transparente permettant de voir la bouche et les traits du visage. Ces masques transparents, validés récemment par le gouvernement français, faciliteraient la vie de milliers de personnes en situation de handicap. À qui sont destinés ces masques ? Quelle est leur utilité et à quel prix ? 

Un masque pour aider les personnes sourdes et malentendantes…Mais pas seulement

Depuis quelques mois, le port du masque est omniprésent dans notre vie quotidienne, que ce soit dans les lieux publics, les transports en commun et bientôt au travail.

Si l’on peut reprocher aux masques d’être peu confortables et de provoquer des irritations, une partie de la population connaît plus de difficultés que les autres : les sourds et malentendants.

En effet, les personnes ayant des difficultés à entendre ont besoin de voir les lèvres de leurs interlocuteurs bouger pour pouvoir interagir avec eux au quotidien. Avec un masque couvrant la moitié du visage, compliqué de pouvoir lire sur les lèvres !

C’est dans cette optique que deux entreprises françaises ont élaboré chacune un masque transparent.

  • Le Masque inclusif®, fabriqué par une start-up soutenue par AFP entreprise (France Handicap)
  • Le Masque Sourire®, produit par Odiora, spécialisé initialement dans les bijoux pour appareils auditifs

L’objectif premier était d’aider les sourds et malentendants, mais l’utilité de ce masque est bien plus large.

D’autres personnes atteintes de troubles cognitifs ou intellectuels pourraient également bénéficier de ses avantages. En effet, ces derniers ont besoin de voir des expressions du visage pour faciliter leur compréhension.

Plus globalement, les masques transparents amélioreraient les interactions de tout le monde. Par exemple, certains milieux professionnels comme l’enseignement accordent beaucoup d’importance aux échanges.

masque-transparent-audition-sourd-handicap-covid
Crédits : fizkes/istock

Respecte-t-il toutes les normes de sécurité ?

Le masque se présente de prime abord comme un masque en tissu classique doté d’une « fenêtre » transparente. Grâce à cela, la bouche et les joues sont visibles.

Pour arriver au produit final, les entreprises ont dû effectuer de nombreux tests et répondre à certaines problématiques.

Par exemple, la bande transparente avait tendance à accumuler le CO2 lorsque l’on expirait, rendant le port du masque un peu étouffant.

Il a fallu également optimiser le masque pour empêcher la buée de se former à l’intérieur de la « fenêtre ».

Dans sa phase finale, les masques ont été soumis à la DGA (la direction générale des armements) pour validation.

Contrairement aux visières transparentes, qui n’empêchent pas les particules virales de rester en suspension dans l’air, le masque transparent offre toutes les protections requises contre le coronavirus.

Le feu vert accordé, le collectif handicap de France souhaite les voir commercialisés en masse… Mais le prix reste un problème.

Un seul défaut avant une commercialisation à grande échelle : le prix !

Il serait trop élevé selon le collectif handicap de France et la secrétaire d’État au handicap Sophie Cluzel.

Pour les deux sortes de masques en circulation, le prix du masque inclusif est de 10,9 € et celui du masque sourire oscille entre 13 € et 15 €.

Même si ces masques sont lavables à la machine et parfaitement réutilisables, il est compréhensible que le prix puisse en rebuter certains… Même si le succès est au rendez-vous !

Le prochain objectif est d’augmenter la production afin de limiter les coûts, au risque de voir le masque transparent devenir un produit de luxe.