in

L’amour peut-il vraiment nous briser le cœur ?

© Geralt - Pixabay
L’amour peut-il vraiment nous briser le cœur ?
noté 5 - 1 vote

Quand une belle histoire d’amour se termine, celui ou celle qui ne souhaite pas que cela se produise ressent souvent une souffrance psychologique intense, mais dans certains cas, la douleur peut se manifester physiquement : c’est le syndrome du cœur brisé.

Le syndrome de Tako-Tsubo, ou syndrome du cœur brisé

En matière d’amour, chacun ses règles, ses habitudes, ses envies, ses besoins. Pour certains, l’amour doit être passionnel, romantique, pour d’autres, il suffit de se soutenir, en s’aimant en toute simplicité. Pour les grand(e)s romantiques, c’est donc un peu plus compliqué de se remettre d’une vraie histoire d’amour étant donné qu’ils y ont mis tous leurs espoirs et beaucoup d’énergie.

Certains ressentent littéralement une douleur oppressante dans la poitrine, comme s’ils avaient vraiment le cœur brisé. Est-ce possible ? La science a tranché.

Oui, ça l’est. On le sait depuis les années 1990, lorsque des cardiologues japonais ont diagnostiqué pour la première fois une pathologie cardiaque qu’ils ont surnommée le Tako-Tsubo. Ce mot désigne un pot en céramique qui rappellerait la forme d’un cœur brisé lorsqu’on le casse.

Le syndrome de Tako-Tsubo, ou syndrome du cœur brisé, peut survenir après une rupture sentimentale ou suite à un choc émotionnel intense. Les symptômes de cette cardiomyopathie se confondent avec ceux d’une crise cardiaque. Encore plus rarement, le syndrome du cœur brisé peut survenir suite à un événement très positif (naissance, mariage…)

Voici les symptômes de la crise cardiaque observés chez la femme :

  • sensation d’épuisement, fatigue intense et soudaine,
  • essoufflement inhabituel pendant ou suite à un effort (comme monter les escaliers par exemple),
  • nausées,
  • sensation de pesanteur ou de pression dans la poitrine.

Et voici les symptômes de l’infarctus chez l’homme les plus régulièrement observés :

  • sensation de pesanteur ou de pression dans la poitrine,
  • douleur irradiant vers la nuque et la mâchoire, le dos et/ou le bras gauche (plus rarement le bras droit),
  • suées variables,
  • nausées et/ vomissements,
  • souffle court,
  • vertiges et/ou évanouissements.

Les femmes : plus sujettes au syndrome du cœur brisé

Crédits : Pixabay

Au lieu de parler de syndrome du cœur brisé, les médecins préfèrent employer la notion de “cardiomyopathie”. En cas de cardiomyopathie, le ventricule gauche du cœur se bloque et gonfle, ce qui provoque une douleur thoracique, une sensation d’oppression et des difficultés respiratoires. Bien que les symptômes ressemblent à ceux d’un infarctus, il ne s’agit pas de cela. Seules une IRM et des analyses confirmant un taux élevé de troponine dans le sang peuvent permettre de poser le bon diagnostic.

Selon une étude menée sur 1.750 patients, dans près de 30% des cas, le syndrome du cœur brisé résulte réellement et directement d’un choc émotionnel (rupture amoureuse, perte d’un être cher, conflit familial…) Dans 9 cas sur 10, les patients atteints de cardiomyopathie sont des femmes et dans 80% des cas, il s’agit de femmes de plus de 50 ans.

Les spécialistes ont expliqué que cette pathologie cardiaque est liée à la libération en grande quantité d’adrénaline. Lorsque cette hormone se libère, suite à une situation émotionnelle intense, les petits vaisseaux sanguins se contractent, accélérant ainsi les battements du cœur, jusqu’à le paralyser parfois.

Le taux de mortalité une fois confronté(e) à cette pathologie s’élèverait à 3,7%. Celui lié à la crise cardiaque atteint 5,3 %. Il est recommandé aux patients souffrant de tels symptômes ou de la cardiomyopathie d’être suivis par un médecin régulièrement.

Source

Articles liés :

Couple : 7 signes que vous n’êtes plus heureux/se

Oublier son ex en 10 étapes, next !

Refouler ses émotions : quels impacts sur la santé et le corps ?