in

Onchocercose : contamination, symptômes et traitement

© US Center for Diseases Control / Wikimedia
Onchocercose : contamination, symptômes et traitement
noté 3.7 - 3 votes

L’onchocercose est une maladie due à un nématode parasite : l’onchocerca volvulus, qui grandit sous la peau. Transmise les simulies, des moucherons vivant près des points d’eau, cette maladie concerne environ 25 millions de personnes dans le monde. Elle doit être prise en charge rapidement par un médecin car si les vers ne sont pas éliminés, le patient peut devenir aveugle.

Onchocercose : comment est-elle transmise ?

L’onchocercose, aussi appelée filariose, est transmise par un organisme infecté par la filaire, un parasite appartenant à la famille des nématodes. La larve du parasite est transmise par une piqûre de simulie, un moucheron noir proche des cours d’eau qui vit principalement en Afrique, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud et de plus en plus présent en Europe à cause du réchauffement climatique.

La filaire, appelée “Onchocerca volvulus”, est l’une des principales causes de cécité en Afrique. La simulie absorbe les microfilaires en piquant un être humain et en les retransmettant à un autre humain. Dans l’organisme, les microfilaires grandissent et deviennent des vers adultes qui peuvent mesurer entre 3 à 5 cm (mâle) et jusqu’à 50 cm (femelle). La femelle pond d’autres microfilaires qui circulent sous la peau, la cornée et la rétine, entraînant souvent une cécité.

S’ils ne sont pas repérés, les vers adulte peuvent survivre 15 ans dans le corps, sous la peau.

Crédits : archives médicales de l’armée américaine – wikimedia

Quels sont ses symptômes ?

La plupart des personnes contaminées ne savent pas qu’elles le sont. Quelques signes peuvent toutefois indiquer la présence de filaires ou de vers sous la peau :

  • démangeaisons de la peau,
  • peau sèche et écaillée (aspect peau de lézard),
  • aspect “peau de léopard”,
  • nodules sous la peau,
  • troubles visuels progressifs,
  • cécité au bout d’une quinzaine d’années d’évolution.

Quel traitement existe ?

En cas de doute sur ces symptômes, consultez un dermatologue qui réalisera une biopsie cutanée exsangue (sans saignement) afin de rechercher la présence de microfilaires dans la peau.

Si des filaires sont trouvées, il faudra les retirer chirurgicalement. D’autre part, si les filaires sont remarquées à temps, un traitement à base d’ivermectine tous les 6 mois peut faire régresser la cécité, appelée “cécité des rivières”.

Évitez les zones où les simulies sont présentes et protégez-vous de leurs piqûres (répulsifs naturels à base de plantes, comme la citronnelle). Dormez sous une moustiquaire si nécessaire.

Source

Articles liés :

Anguillulose : symptômes, traitement et prévention

6 astuces naturelles pour éviter les piqûres de moustique

Baume du Tigre : 18 remèdes naturels super utiles !