in ,

Pour signaler un viol ou une agression sexuelle ou sexiste en ligne, suivez le guide !

Crédits : Photogobi #NousToutes
Pour signaler un viol ou une agression sexuelle ou sexiste en ligne, suivez le guide !
noté 5 - 4 votes

Depuis le 26 novembre 2018, toute personne peut signaler des faits de viol ou d’agression sexuelle ou sexiste sur une plateforme en ligne opérationnelle 24h/24 et 7 jours sur 7 via le site service-public.fr. Avant de commencer à utiliser ce portail, on vous propose de découvrir comment il fonctionne.

Un portail de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes ouvert 24h/24

Ce lundi 26 novembre, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, et la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, ont annoncé l’ouverture de cette plateforme en ligne disponible 7j/7, qui espérons-le, incitera peut-être davantage les victimes à être prises en charge ou/et à déposer plainte contre leur(s) agresseur(s).

N’importe qui peut donc dès maintenant signaler un viol ou une agression de nature sexuelle ou sexiste via le site internet service-public.fr, depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Il ne s’agit pas d’un formulaire de dépôt de plainte, mais d’un tchat qui permet de discuter en privé avec un policier ou un gendarme spécifiquement formé à ce type de situation.

L’accès au tchat est libre et anonyme, pas besoin de déclarer son identité, seulement son code postal afin d’être orienté vers la cellule la mieux adaptée à la situation, en cas de besoin s’il y a urgence notamment. Ce service permet ainsi à toutes les victimes d’entrer en contact avec les 37 policiers et gendarmes formés pour les orienter vers les partenaires institutionnels et les associations de victimes référentes. L’objectif est de faciliter la prise en charge sociale et psychologique, mais aussi l’accompagnement juridique des victimes de violences ou d’agressions sexuelles ou sexistes.

Dans le cas où une personne subit des violences conjugales (physiques, psychologiques ou sexuelles) de la part de celle avec qui elle vit ou vivait en couple, elle peut demander à obtenir des mesures de protection pour elle et ses enfants, directement ici via ce formulaire.

violence femmes manifestation
Crédits : Photogobi #NousToutes

Alors que samedi 24 novembre, 50 000 personnes ont marché contre les violences faites aux femmes selon les organisatrices, dont 30 000 à Paris, dans le cadre du mouvement #NousToutes, c’est le temps de l’action pour les victimes et le gouvernement semble commencer à le comprendre. Il s’agirait de “la plus grosse mobilisation féministe qu’on ait connue en France”, d’après l’organisatrice principale, Caroline De Haas.

Plus de moyens pour les associations de défense des victimes

Les associations de victimes de violences sexuelles ou sexistes sont débordées et elles manquent de moyens financiers, qu’elles soient dédiées uniquement aux femmes ou non (enfants, homosexuels, transexuels…) Elles ont besoin qu’on leur attribue davantage de dons et de subventions, notamment afin de payer les frais de justice ou d’accompagnement (logement, psychologue…)

Bien que Marlène Schiappa ait annoncé le fléchage d’un budget de 400 000 euros non dépensés et initialement inscrits à son budget communication au profit d’associations, comme le Mouvement du Nid,  qui accompagne les femmes en sortie de la prostitution, ou  le “Collectif féministe contre le viol”, les efforts doivent être plus importants de la part du gouvernement.

Un numéro d’appel gratuit pour les femmes victimes de violences : 3919

#NousToutes
Crédits : Tonie Behar – Facebook – #NousToutes

La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes se déroulait le 25 novembre, l’occasion de rappeler que les femmes victimes de violences peuvent contacter le 3919. Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone national est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés).

Le 3919 Violence Femmes Info peut être appelé par les femmes victimes de violences de toutes sortes : conjugales, sexuelles, psychologiques, mariages forcés, mutilations sexuelles, harcèlement… Elles seront écoutées, informées puis orientées vers des personnes, associations et institutions qui pourront les accompagner et les prendre en charge.

Toutefois, attention il ne s’agit pas d’un numéro d’urgence comme le 17. En cas de danger immédiat, il est conseillé d’appeler la police ou la gendarmerie (17) et le 15 (Samu) en cas d’urgence vitale ou de besoin de soins.

Le témoignage d’une femme qui n’a pas encore déposé plainte 8 ans après un viol

“Cela fait 8 ans que le viol a eu lieu. J’étais étudiante et souvent seule. On a eu le temps de sympathiser avec mes agresseurs (2) avant que cela n’arrive. 8 ans que je vis avec la honte et l’impression d’être responsable de ce qui s’est passé. Incapable de prendre mon courage à deux mains pour déposer plainte. Peur d’être incomprise, jugée, peur qu’ils soient mal jugés, qu’ils veuillent se venger même si on les met en prison quelques années. Aurai-je des enfants d’ici là ? Voudront-ils s’en prendre à eux si je les ai privé de la chance d’en avoir ? L’agression sera-t-elle classée comme un délit ou comme un crime ? Théoriquement, un viol est un crime mais d’après les associations, la plupart (80% en 2014) seraient déqualifiés en délit. Autant de questions qui se bousculent, tout le temps, dans ma tête, et j’hésite toujours à déposer plainte, malgré l’annonce de ce nouveau service en ligne. Aujourd’hui, j’ose espérer que le lancement de cette plateforme de signalement des violences sexuelles me facilitera la tâche et incitera les autres femmes et personnes à se libérer de leur fardeau. #MeToo #NousToutes #StopViolence” – Maya, 29 ans

Les associations de prise en charge des victimes de viol ou de violence sexuelle

#NousToutes 13
Crédits : #NousToutes 13

Sur ce site, vous trouverez la carte répertoriant les associations de prise en charge des victimes de violence ou d’agression sexuelle les plus proches de chez vous :

https://stop-violences-femmes.gouv.fr/-les-associations-pres-de-chez-vous-.html

Voici une liste de sites sur lesquels vous pourrez trouver des associations d’aide aux victimes de viol ou d’agression sexuelle :

http://www.victimedeviol.fr/associations.html

http://www.institutdevictimologie.fr/annuaire/associations-d-entraide-aux-femmes_5.html

https://www.stopauxviolencessexuelles.com/liens/

#On ne fermera plus nos gueules. Enfin, on va essayer ! Du courage, du courage^^

Source

Articles liés :

Enfant maltraité ou en danger : comment agir ?

8 novembre : journée de lutte contre le harcèlement

Reconnaîtrez-vous ces 5 signes de la dépression ? Comment agir ?