in

Les 4 styles d’éducation : quel est le vôtre ?

© ddimitrova / Pixabay

Tous les parents ont leur propre façon d’élever leur enfant. Permissif, autoritaire, chacun fait comme il veut, et le plus souvent, comme il peut. Mais d’après la psychologie du développement, il existerait 4 grands types d’éducation. Voici lesquels.

Un style éducatif est un ensemble de facteurs que les parents vont, consciemment ou non, mettre en place dans le but d’éduquer un enfant. De cette manière, l’enfant sera adapté au monde social, familial et scolaire, dans lequel — souvent — ses parents le font baigner. Aucun style n’est meilleur qu’un autre, mais certains d’entre eux peuvent provoquer des carences chez le petit. Des carences qui, une fois adultes, pourront être difficiles à rattraper.

Le style négligent

Le style éducatif négligent est finalement une absence de style. Les parents, ou ceux qui tiennent le rôle « d’éducateurs » ne prennent pas soin des enfants. Ils les laissent le plus souvent faire ce qu’ils veulent, sans surveillance, sans appréciation, sans explication. Ces parents-là se cachent souvent sous des discours libertaires, prétendant que leur enfant est autonome. En effet, l’autonomie est importante pour le développement d’un petit, mais il existe une grande différence entre ça et l’abandon.  

enfant seul Mojpe / Pixabay
© Mojpe / Pixabay

L’autonomie suppose de laisser faire l’enfant en ayant toujours un œil sur ce qui est produit, en étant là pour le soutenir dans une tâche et surtout, rectifier — et expliquer — une erreur lorsqu’elle est commise. L’abandon, lui, renvoie au fait de laisser l’enfant se débrouiller, et c’est tout. Il n’aura pas ce que l’on nomme un feedback, une impression en après-coup.

Les besoins intellectuels et émotionnels de l’enfant ne sont pas remplis, il est laissé à lui-même. Ce style d’éducation provoque souvent des carences émotionnelles et de forts sentiments d’insécurité. L’échec scolaire et les problèmes de comportements (impulsivité, mise en danger) ne sont jamais loin.

Le style autoritaire

Dans le registre inverse, vous trouverez le style éducatif autoritaire. Ici, l’enfant n’est pas livré à lui-même, bien au contraire il se doit d’obéir à ses parents en toutes circonstances.

Les exigences parentales sont très nombreuses, et notent le plus souvent un idéal de l’enfant parfait. Les règles sont le support de cette éducation puisqu’elles gèrent quasiment toute la vie de l’enfant.

« Fais ceci. Fais cela. Tiens-toi comme ça.»

En cas de conflit, s’ils ont lieu, les parents sont démunis, tandis que l’enfant, lui, ne sait pas comment il doit réagir. En effet, le premier conflit est souvent difficile à vivre pour lui puisqu’il ne l’a jamais connue. C’est évidemment là tout le problème du style autoritaire : faire rentrer l’enfant dans un moule bien précis. Or, lorsque l’enfant en sort, il ne sait plus comment faire.  

D’une manière générale, ces enfants ne savent pas prendre décisions, puisqu’elles ont toujours été prisent pour eux. Ils ressentent souvent une grande anxiété à l’idée qu’une autre personne pourrait ne pas les apprécier. Enfin, d’après une étude américaine récente, au plus les parents sont autoritaires, et intrusifs dans la vie de l’enfant, au plus celui-ci aura tendance à avoir un cerveau en mode « agressif ».

Le style permissif

Le style permissif est un style d’éducation où beaucoup de choses sont permises (quand ce n’est pas tout). Les enfants n’ont réellement pas de règles à suivre, pas de punitions et peuvent à peu près faire ce que leurs désirs les poussent à faire.

Les libertés sont excessives et le contrôle quasiment absent. Pour beaucoup de spécialistes, ce style éducatif peut provoquer chez l’enfant une mise à l’écart de ses paires et une faible estime personnelle. En effet, les parents permissifs sont souvent dans la congratulation et la félicitation permanente. Finalement, les enfants ne sont pas au courant de ce qu’ils valent réellement, et une fois confrontés à la réalité de la vie, des études ou du travail, le bât blesse.

enfant Mojpe / Pixabay
© Mojpe / Pixabay

Ces enfants sont souvent irresponsables, car tous leurs problèmes sont dus à l’extérieur, et ils sont incapables de surmonter des complications sans une aide extérieure.

Le style démocratique

Ce style d’éducation démocratique est considéré comme le plus efficace en termes de développement de l’enfant. Il place les adultes au rang de guides ou de superviseurs qui aideront l’enfant à surmonter ses épreuves.

C’est un style plutôt souple, alliant parfaitement fermeté, contrôle, dialogue et affection. Ces éléments-là font des enfants qui aiment ce qu’ils font, quand ils le font. Ils ne souffrent pas de sentiments de supériorité ou d’infériorité ni de carences émotionnelles.  

Malgré tous les points positifs de cette éducation, il faut noter que les enfants ont trop choix, presque autant que dans le style permissif. Même si les parents fixent des limites, celles-ci sont souvent établies conjointement entre enfants et parents. Or, pour qu’une limite soit bien intégrée par l’enfant, et que le sentiment de sécurité soit optimal, il faut aussi lui imposer certaines choses. Le dialogue dans la relation parent-enfant est important, mais il ne fait pas tout.

Source

Articles liés :

Les 10 signes du burn-out parental

La fessée est-elle interdite en France ?

8 novembre : journée de lutte contre le harcèlement