in

Les 5 blessures émotionnelles de l’enfance qui façonnent notre vie

© LSOphoto / iStock
Les 5 blessures émotionnelles de l’enfance qui façonnent notre vie
noté 5 - 2 votes

Chacun de nous traîne des blessures émotionnelles depuis l’enfance. Si ces blessures se manifestent en réaction à des situations qui nous ont affectées durant nos premières années, elles peuvent aussi être liées à un événement particulier avec un parent.
Certains de ces souvenirs douloureux façonnent notre caractère et notre comportement une fois devenu adulte.

Pour limiter au maximum les blessures d’enfance, il est très important d’aider nos propres enfants à gérer leurs émotions et à surmonter leurs peurs.

Lire aussi : 6 raisons d’inscrire vos enfants à un cours de yoga

Quelles sont les blessures émotionnelles qui nous suivent depuis l’enfance ?

La majorité des peurs vécues par les adultes puisent leurs origines dans les traumatismes émotionnels vécus pendant l’enfance. 5 blessures de l’âme ont été identifiées :

  • La blessure du rejet ;
  • La blessure de l’abandon ;
  • La blessure de l’humiliation ;
  • La blessure de la trahison ;
  • La blessure de l’injustice.

Chacun d’entre nous vit avec ces 5 blessures émotionnelles. Cependant, elles transparaissent de façon plus ou moins intense selon les situations de vie auxquelles nous sommes confrontés.

punir enfant crises de colère
© Evgenyatamanenko / iStock

1. La blessure du rejet

L’adulte souffrant de rejet imagine son propre monde idéal. En outre, il se sent constamment inférieur aux autres, inutile. Il pense que les gens l’écoutent par politesse, qu’ils ne sont pas intéressés. Il se dévalorise sans cesse et il ne comprend pas qu’on puisse l’aimer. Et quand quelqu’un s’intéresse à lui, il va mettre tout en œuvre pour “saboter” la relation. Pour ne pas se confronter à la réalité, il préférera la fuir, se cacher.

2. La blessure de l’abandon

Les enfants qui ont grandi dans l’abandon recherchent sans cesse du soutien : ce qui les rend , de facto, dépendants des autres. Cette blessure est liée au parent du sexe opposé.

L’adulte abandonné paraît paresseux, mais il a besoin des autres pour faire quelque chose. Il se crée parfois des problèmes, ce qui permet d’attirer l’attention sur lui. Il s’attache rapidement aux gens et aux lieux. Il éprouve des difficultés à quitter un groupe d’amis par exemple.

Sa plus grande peur est la solitude, si bien qu’il est prêt à faire de nombreux sacrifices pour l’éviter. En couple aussi, l’adulte blessé d’abandon a de grosses difficultés à rompre, de peur de se retrouver seul.

3. La blessure de l’humiliation

L’enfant, qui sera plus tard blessé par l’humiliation, ressent un grand manque de liberté : comme si durant ses premières années, elle était contrôlée par ses parents (habillement, vêtements, opinions…). Pour se “punir” de cette situation, l’adulte humilié cherche à se faire du mal, à se faire honte à elle-même, avant que quelqu’un d’autre ne le fasse. Il se crée inconsciemment et paradoxalement des contraintes pour ne pas être libre de ses choix.

L’adulte humilié se préoccupe plus des autres que de lui-même jusqu’à parfois se mettre dans des situations délicates. Il a du mal à profiter des choses pleinement, culpabilise lorsqu’il est heureux.

4. La blessure de l’injustice

Une personne qui souffre d’injustice ne se sent pas appréciée à sa juste valeur, pas respectée. Cette blessure est souvent lié à un souvenir vécu avec le parent du même sexe : le parent était froid, intolérant, sévère et conformiste. L’adulte souffrant d’injustice est lui-même devenu froid, et rigide, alors qu’il se définit comme chaleureux.

Il a une peur extrême de se tromper, est maniaque de l’ordre, et oublie souvent de donner des marques d’affection à ceux qu’il aime.

5. La blessure de la trahison

Les personnes souffrant de trahison ont connu un fort complexe d’Œdipe étant jeune. Si l’enfant pensait que le parent lui était exclusif, il s’est aperçu qu’il ne l’était, en réalité, pas. Ces personnes veulent tout contrôler de peur que quelqu’un d’autre les trahissent à leur tour. On les remarque à leurs opinions très tranchées qu’elles tentent d’imposer à leur entourage. Impatients et intolérants, ces adultes ne vivent jamais dans le moment présent et pensent sans arrêt à planifier leur avenir pour que rien ne leur échappe.

La plus grande peur des personnes souffrant de trahison réside dans le désengagement : très investies dans le travail, elles ne s’impliquent que si elles sont certaines de rendre un projet parfait. Dans le cas contraire, elles préfèrent refuser plutôt que de trahir à leur tour.

Discuter avec ses enfants

En tant que parent, il est essentiel de rappeler aux enfants qu’ils sont uniques et développent leurs compétences à leur rythme. Il faut éviter les comparaisons avec la fratrie, les amis ou les camarades de classe.

Si certains de leurs comportements ne conviennent pas, invitez-les à y réfléchir sans les punir injustement. Échangez avec eux sur leurs peurs, leurs craintes ou tout autre interrogation qui les fait douter. Par ces discussions construites, ils chercheront une solution à leurs problèmes dès le plus jeune âge.

Source

Articles liés :

Enfants : 4 techniques infaillibles pour calmer leurs crises de colère

Reprendre confiance en soi : 10 conseils simples

Burn-out parental : les 10 signes à reconnaître