in

Enfants : 4 techniques infaillibles pour calmer leurs crises de colère

enfant caprice crise de colère
© jegesvarga / iStock
Enfants : 4 techniques infaillibles pour calmer leurs crises de colère
noté 3.7 - 11 votes

Les crises de colère de vos enfants signifient leur désaccord. Selon leur âge, ils se montreront plus ou moins colériques et capricieux. Ils cherchent à s’affirmer, et ces crises sont l’expression de l’affrontement envers les parents. 
Afin de mieux gérer ces crises de colère, voici 4 conseils pour ne jamais plier devant des cris et des pleurs.

Ces crises de colère se produisent généralement lorsque les besoins fondamentaux (manger, boire, dormir…) ne peuvent être assouvis, ou bien lorsque l’enfant a besoin de libérer les tensions, les peurs ou les frustrations. Si ces crises sont souvent sources d’angoisse pour les parents, elles se révèlent tout à fait normales dans les phases de développement de l’enfant.

1. Détourner l’attention pour calmer les crises de colère

La première recommandation, soufflée par les pédiatres, vise à immédiatement improviser une activité afin d’occuper votre enfant. Expliquez-lui l’intérêt de cette activité, montrez-lui ou jouez avec lui afin qu’il se détourne petit à petit de son caprice. Utilisez cette technique dès que l’enfant commence à pleurer.

2. Ignorer son caprice

Deuxième solution : ignorez-le tout bonnement et simplement. Changez de pièce, coupez tout contact visuel, physique ou verbal avec l’enfant. Tenez-vous à appliquer cette technique durant toute la crise de colère. Quand le petit s’est calmé, établissez à nouveau un contact en lui proposant une activité différente.

Sachez que l’enfant multipliera ses crises suite à la mise en place de cette technique pour la première fois. Il ressentira, en effet, un changement dans l’environnement et résiste en criant ou pleurant davantage.
Vous devez rester fier et ne pas céder. S’il perçoit une faille, il en profitera pour vous manipuler.

3. L’isoler quelques minutes

punir enfant crises de colère
© Evgenyatamanenko / iStock

Cette technique consiste à isoler l’enfant afin de le séparer de la situation ou de l’environnement qui renforce son comportement colérique, dans un autre lieu neutre, dans lequel il ne reçoit aucun stimulus.
Cette solution a pour but de calmer les crises est de mener les plus jeunes à maîtriser leurs émotions.

Pour cela, emmenez votre enfant dans une pièce neutre où il ne peut pas jouer, et laissez-le réfléchir quelques minutes (au moins 1 minute pour qu’il se calme). Ne le laissez pas seul plus de 20 minutes. Ensuite, retournez ensemble à l’activité de départ.
Au moment de l’isoler, expliquez-lui que son attitude n’est pas correcte et qu’après s’être calmé, il pourra revenir terminer son dessin. Attention de ne pas le gronder. Il pourrait devenir encore plus effronté et faire durer sa crise beaucoup plus longtemps.

4. Serrer l’enfant fort dans vos bras

Aussi appelée “contrainte physique”, cette méthode vise à calmer les crises de colère en embrassant intensément l’enfant. Serrez-le pendant plus de 20 secondes, de sorte qu’il ne puisse pas se débattre ni se libérer. Cette absence de liberté de mouvement lui sera bien désagréable.

Toutefois, l’étreinte génère des substances telles que la dopamine et la sérotonine qui permettent à l’enfant de s’apaiser, et ainsi de diminuer l’intensité de sa crise de colère.

Nos recommandations pour éviter les crises de colère

Afin même qu’un caprice ne se déclare, veuillez à suivre ces quelques conseils :

  • Résistez à la tentation de donner à votre enfant ce qu’il demande lorsqu’il fait une crise de colère. Soyez ferme et renforcez les comportements qu’il devrait adopter ;
  • N’abandonnez pas ! Restez debout et efforcez-vous de comprendre l’origine de cette attitude et ce qui la déclenche ;
  • Échangez avec votre enfant. La discussion – calme – avec lui l’aidera à développer la compétence qui lui manque et à surmonter cette étape difficile.

Source

Articles liés :

6 raisons d’inscrire vos enfants à un cours de yoga

Manque d’activité physique, le cœur de nos enfants est-il en danger ?

Éducation des enfants : la fessée est-elle interdite en France ?