in

Comment savoir si vous avez besoin de consulter un ostéopathe ?

© iStock
Comment savoir si vous avez besoin de consulter un ostéopathe ?
noté 5 - 1 vote

L’ostéopathie est considérée comme une médecine manuelle, mais la profession d’ostéopathe est réglementée et pourvue d’une formation qualifiante et diplômante. L’ostéopathe palpe le corps pour déceler les tensions ou les déséquilibres à l’origine de maux ou de maladies et effectue des manipulations pour rétablir l’équilibre. À partir de quand savoir si on a besoin de consulter un ostéopathe ? Quelles sont ces méthodes ?

Quand consulter un ostéopathe ?

Pour les ostéopathes, tous les maux, physiques et psychologiques, ont des conséquences dans le corps et l’osthéopathie peut soigner et soulager ces maux et les douleurs qui y sont associées tels que :

  • maux de dos, sciatique, tendinites, anomalies articulaires du petit bassin, lombalgies, dorsalgies
  • asthme, maladie pulmonaire obstructive chronique, pneumonie
  • suite d’interventions chirurgicales ou d’accidents (fractures, entorses…)
  • faciliter la grossesse et l’accouchement, menstruations douloureuses
  • dépression, hypertension, anxiété, stress, troubles du sommeil, spasmophilie
  • syndrome de l’intestin irritable, coliques, pancréatite, troubles fonctionnels intestinaux, constipation, digestion difficile, gastrites, acidité gastrique
  • paralysie cérébrale spastique,
  • rhinites, sinusites, vertiges, bourdonnements, céphalées, migraines, bronchites, asthme, bronchiolites, otites
  • toutes autres restrictions de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères pouvant provoquer un déséquilibre de l’état de santé.

L’ostéopathie veut amener le patient à adopter de bonnes postures de travail, à éviter les accidents musculaires et articulaires, à chasser le stress et les pensées négatives, qui peuvent perturber l’organisme.

Les pratiques des ostéopathes visent donc à rétablir l’harmonie de l’organisme de ses patients par la guérison de leur mobilité car selon eux, la mobilité des membres et organes actifs de notre corps est gage de bonne santé.

Même si l’ostéopathie n’est pas encore remboursée par la Sécurité Sociale, elle peut l’être par de nombreuses mutuelles santé qui la prenne en compte.

Que va faire l’ostéopathe ?

L’ostéopathie considère que les diverses fonctions corporelles sont en étroite interdépendance avec le système musculo-squelettique, c’est-à-dire que lorsqu’il se passe quelque chose dans une partie du corps, d’autres parties sont impactées. C’est pourquoi les manipulations peuvent être pratiquées sur des zones éloignées du centre de la douleur.

Enfin, en ostéopathie, le rôle des artères est indispensable. Pour avoir un corps bien irrigué, il ne faut pas de congestion ni de dégénérescence cellulaire, c’est pourquoi il est important de repérer et d’agir sur les points de tensions et de blocages qui restreignent la mobilité de certains tissus, organes, muscles ou articulations.

Le mouvement respiratoire primaire

En ostéopathie, le « mouvement respiratoire primaire » (MRP) est la pulsation rythmique de l’organisme, un mouvement involontaire d’expansion et de rétraction qui se produit même quand le corps est en sommeil. Selon cette médecine, quand le MRP d’une personne est déficient, celle-ci peut manquer de joie de vivre et ressentir une lourdeur dans le corps et dans les pensées.

Avec des manipulations manuelles très douces, souvent sur le crâne, l’ostéopathe cherche à “réaxer” les os et le corps pour permettre au MRP de retrouver un rythme normal. Ces techniques sont appelées “manipulations crâniennes”.

Les autres manipulations ostéopathiques

Voici les 3 autres catégories de manipulations ostéopathiques principales :

  • les manipulations fonctionnelles permettent au thérapeute de mobiliser les tissus du sujet (muscles, articulations, etc.) et d’induire un état de relâchement suffisant pour permettre l’autocorrection d’une lésion ;
  • les manipulations structurelles visent à appliquer une certaine pression sur une structure, pour libérer une vertèbre qui ne bouge plus, par exemple. Non douloureuses, elles peuvent provoquer un craquement ;
  • les manipulations viscérales ont pour but de redonner le maximum de mobilité aux viscères (intestin, foie, rate, poumon, etc.) qui peuvent être liées à certains troubles fonctionnels.

Source

Articles liés :

Dès le 15 septembre, vous pourrez consulter votre médecin à distance

Naturopathie : tout savoir sur cette médecine douce reconnue

Quand et pourquoi consulter un psychologue ?