in

Comment bien préparer le retour à la maison après l’accouchement ?

© iStock
Comment bien préparer le retour à la maison après l’accouchement ?
noté 5 - 1 vote

Vous avez hâte de retrouver votre chez vous avec votre bébé. C’est normal, mais profitez des quelques jours à la maternité pour bien préparer le retour à la maison. Voici plusieurs conseils avisés pour appréhender au mieux la cohabitation à trois.

Anticipez le retour à la maison

Quelques heures avant de quitter la maternité, le gynécologue, la sage-femme et le pédiatre vous rendront visite. Assurez-vous d’avoir reçu l’ensemble des documents nécessaires à votre sortie, ainsi qu’une ordonnance de contraception et la prescription d’anti-douleurs. La maternité vous remettra également des guides pour prendre soin de votre bébé et des conseils pour allaiter ou le nourrir au biberon.

Calquez votre rythme sur celui du bébé

Dès qu’il s’endort, allongez-vous aussi. Le soir, couchez-vous de bonne heure et réalisez deux siestes dans la journée. Éteignez votre téléphone et prévenez vos proches que vous n’êtes pas joignable avant la fin de journée.

Sollicitez le papa pour donner le biberon et coucher bébé. Encouragez-le à prendre son congé paternité de 15 jours, en plus des trois jours accordés pour la naissance afin de vous soulager.

Prenez du temps pour vous

Il est normal que les pleurs de votre bébé vous agacent. Ne vous sentez pas coupable de vouloir prendre un peu de temps pour vous reposer et vous détendre. Au contraire, il est essentiel de prévoir des demi-journées rien qu’à vous. Confiez bébé à une nounou ou une amie, et allez faire du sport, profiter d’un spa ou déguster une glace en terrasse avec un bon bouquin.

Écoutez votre corps

Les infections urinaires, voire les mycoses vaginales, sont fréquentes en suite de couches. Lavez-vous avec des gels intimes, buvez beaucoup d’eau, évitez les jeans trop serrés et préférez les culottes en coton.

En outre, si vous avez souffert d’hémorroïdes pendant la grossesse, demandez à l’équipe soignante de vous prescrire des antalgiques, des toniques veineux et de la pommade anti-inflammatoire. En parallèle, surveillez votre alimentation en privilégiant les fibres, les produits laitiers et les céréales complètes. La constipation favorise les risques de crises hémorroïdales.

Enfin, si vous avez les jambes lourdes, des maux de dos (ce qui arrive dans 50% des cas, en raison de mauvaises postures pendant la grossesse), ou si vous constatez des saignements abondants plusieurs semaines après l’accouchement, ne tardez pas à consulter votre médecin.

bébé allaitement biberon
Crédits : Pxhere

Faites-vous livrer vos courses

Allégez au maximum les tâches domestiques. Votre homme s’occupe du ménage, des repas et du linge, et vous profitez des siestes de bébé pour faire vos courses en ligne. Aujourd’hui, il est très facile de commander sur internet et de recevoir son panier directement à la maison.
Cuisinez équilibré et varié. Privilégiez les fruits et les légumes frais, et invitez vos amis. Ces visites vous feront le plus grand bien.

N’hésitez pas à demander de l’aide

Des professionnels sont à votre disposition pour vous aider. Rapprochez-vous de la mairie de votre commune pour connaître les possibilités d’aide à domicile (aide-ménagère notamment). Le coût de cette prestation dépend des revenus du foyer.

Si vous doutez sur vos capacités à prendre soin du bébé, reprenez contact avec l’équipe médicale de la maternité. Elle vous dirigera vers le centre de PMI le plus proche.
Certains centres proposent même l’assistance d’une puéricultrice à domicile pour guider dans les soins au nouveau-né. Par ailleurs, pour les tout premiers jours, vous pouvez demander l’aide d’une sage-femme libérale. Elle vient à domicile et son intervention est remboursée par la Sécurité sociale.

Un retour à la sexualité en douceur

Si vous n’éprouvez pas de désir au retour de la maternité, c’est normal. Ni la tête ni le corps ne ressentent cette envie. En effet, la zone génitale est douloureuse et les sécheresses vaginales courantes rendent les rapports difficiles. L’allaitement repousse également l’apparition du désir.
Ce n’est pas par hasard que certaines religions préconisent une abstinence de 40 jours après l’accouchement pour reconstruire la muqueuse utérine. Dans tous les cas, il reste sage d’attendre la disparition des saignements et la cicatrisation totale de l’épisiotomie, d’une déchirure éventuelle ou de la césarienne, pour reprendre toute activité sexuelle.

Côté contraception, l’ovulation est théoriquement possible dès la quatrième semaine qui suit l’accouchement. Pour éviter toute nouvelle grossesse, parlez-en à votre médecin qui saura vous guider.

Source

Articles liés :

Deuxième enfant : comment aider l’aîné à l’accueillir ?

Grossesse, rhume et toux : quels remèdes naturels ?

Pouce ou tétine : quels sont les avantages et les inconvénients de ces méthodes ?