in

La mémoire : quelques petites choses pour la garder en pleine forme

cerveau-Pixabay_holdentrils
©️holdentrils / Pixabay
La mémoire : quelques petites choses pour la garder en pleine forme
noté 5 - 1 vote

Vieillir est souvent un signe de déclin pour la mémoire. Du moins, c’est ce que l’on pense facilement. Toutefois, ce n’est pas tout à fait vrai. La mémoire fonctionne comme un muscle, qu’il faut faire travailler et dont il faut prendre soin. Nous vous donnons alors aujourd’hui quelques petites astuces pour que votre mémoire soit en bonne (ou très bonne) santé.

Lisez cette suite :
•3350894•

Comprenons un peu tout ça

Un muscle comme un autre

La mémoire est un muscle, qui se trouve lui-même dans un muscle : votre cerveau. L’une des façons d’améliorer la mémoire est de comprendre comment celle-ci fonctionne.
Notre capacité à nous souvenir va être différente en fonction des activités que nous faisons. Mémoire à court terme, mémoire de travail, mémoire long terme, calepin visuospatial, etc. Tant de parties et de sous parties qui composent un élément aussi primordial que celui qu’est notre mémoire.

Au fond c’est quoi?

Le plus compliqué est de comprendre que nos capacités mnésiques – la mémoire – ne sont pas un espace ou une partie physique de notre anatomie. Se souvenir relève plutôt d’un enchevêtrement de plusieurs zones dans notre cerveau et pour faire simple, d’une carte pour tout répertorier.
Votre corps dans sa totalité reçoit des informations, et ce constamment, et votre cerveau va tout enregistrer. Mais pour éviter la surcharge, une grande partie va être stockée dans la “corbeille” pour ne pas prendre trop de place. Le reste sera stocké dans des dossiers auxquels vous aurez accès facilement avec de l’entrainement.

Comment faire ?

Tous les dossiers ne sont évidemment pas stockés aux mêmes endroits. Comprenez bien que de base, les informations des mains ne vont pas être placées avec les souvenirs du dernier livre que vous avez lu. Or, l’une des astuces est de croiser les sources d’informations. Allier par exemple une information tactile (un objet dans la main) avec une information visuelle (un article très intéressant sur la mémoire sur Docteur Tamalou par exemple). Vous constaterez que quelques heures ou quelques jours après la lecture de l’article, le simple fait de prendre l’objet dans la main vous remémorera la scène de la lecture. Puis des éléments de l’article. Avec un peu d’efforts et de persévérance, vous pourrez même vous souvenir de l’article dans son ensemble.

crveau-Pixaby_OpenClipart-Vectors
©️ OpenClipart-Vectors / Pixabay

Le sport cérébral

Si vous êtes comme moi, la salle de sports n’est pas l’endroit où vous allez le plus souvent. Toutefois, le sport à pratiquer sans cesse devrait être celui de votre cerveau (à défaut d’un autre). Comme il a été dit précédemment, la mémoire est un muscle qu’il faut faire travailler, et ce très régulièrement.

Apprendre, apprendre et encore un peu apprendre

Sachez qu’en vieillissant l’on ne perd pas sa capacité à apprendre ou à se souvenir. Certes les enfants (et les adolescents) apprennent plus et plus vite qu’une personne de 70 ans, mais pas de la même façon. En effet, une personne de 70 ans pourra encore apprendre, mais ce, préférentiellement dans un domaine où elle a – et où elle estime avoir – déjà une expertise. L’expertise s’obtient en apprenant et en réapprenant.
Alors si vous souhaitez faire travailler votre mémoire et obtenir une expertise, il faut sans cesse apprendre. Des choses nouvelles, des listes des recettes, de poésies, de noms d’animaux … etc. Bref, apprendre est la meilleure façon de garder un esprit vif et en éveil.

Aidez-vous de votre cerveau plutôt que de la technologie

Pour aider votre mémoire à aller mieux, et devenir plus performante, il faut faire une chose impensable : arrêter de s’aider de la technologie.
Alors, je ne dis pas qu’il ne faut pas utiliser ce que notre ère nous offre. Simplement, éviter de recourir à tout bout de champ à des outils comme les GPS, internet, calculatrices. Ces objets, aussi merveilleux soient-ils, rendent notre mémoire fainéante. Les utiliser avec parcimonie permet de rendre nos capacités cognitives plus performantes.
Il est toutefois important de noter que malgré tout, ces outils ont tendance à améliorer nos capacités non plus de remémoration, mais de réflexions et de maniement de l’information.

L’oeil et la main

Pour finir, l’une des méthodes pour faire travailler votre cerveau et votre mémoire est d’écrire. L’écriture manuscrite tombe un peu en désuétude dans notre monde très digital. Toutefois, c’est une aide majeure dans l’apprentissage et le travail de mémoire. Joindre les pensées, les réflexions, aux gestes et à la vision vous permet de mettre à plat vos idées. De créer du sens et du lien.
Alors à l’avenir, plutôt qu’une note vocale sur votre téléphone, coucher la sur un petit carnet, vous verrez que vous vous en souviendrez mieux.

ecrire-Pixabay_ annazuc
©️ annazuc / Pixabay

Les plantes qui ont un effet boostant

Le Bacopa

Bacopa ou Brahmi est une plante indienne utilisée depuis des millénaires. Ses feuilles ont un effet sur la mémoire à long terme puisqu’elles vont agir sur la synthèse des protéines de l’hippocampe. Autrement dit, les feuilles de cette plante vont favoriser la création de protéines essentielles au bon fonctionnement d’une zone majeure du cerveau contrôlant la mémoire.

Le Romarin

L’acide rosmarinique extrait du romarin protègerait les cellules cérébrales. Cette plante a également une longue histoire. Dans l’antiquité elle était déjà utilisée pour des vertus similaires.
Pour bénéficier de ses facultés, inhalez de l’huile essentielle de romarin. Son impact sur les capacités cognitives n’est pas négligeable.

Le Ginko biloba

Comme pour les deux plantes précédentes, le ginko est utilisé depuis très longtemps pour ses multiples propriétés, notamment son action sur la mémoire.
De plus, le ginko à l’incroyable capacité de retarder les effets négatifs de la maladie d’Alzheimer sur la mémoire.

Se souvenir des mots de la fin

La mémoire et les souvenirs sont des notions particulières. Fondatrices de ce que nous sommes et support de notre histoire, ces éléments sont pourtant ce qu’il y a de moins tangible (les situer, les attraper, les toucher est impossible) en nous. Comprendre comment tout cela fonctionne est déjà un grand avantage. Mais pour aller plus loin, il faut se connaitre et adapter ses exercices de mémoire en fonction de nous même.

Alors, vous vous souvenez de la suite du début ?

Source

Articles liés :

5 méthodes simples pour réduire au minimum les oublis et trous de mémoire

Plus de sexe, plus de mémoire ?

Alzheimer : causes, symptômes et traitements