in

Nécrose : quand les cellules et la peau pourrissent

Crédits : SementsovaLesia/ istock

La peau qui noircit, une odeur horrible, des membres qui peuvent parfois tomber, tels sont les symptômes impressionnants de la nécrose. Évoquée pour la première fois au XVIIe siècle, la nécrose arrivait le plus souvent suite à un accident. Aujourd’hui, la nécrose est toujours présente, mais les causes ont bien changé… 

Comment se forme une nécrose ?

Les cellules dans notre corps vieillissent au cours du temps, puis finissent par mourir. On appelle ce phénomène apoptose. Mais il arrive parfois que ces cellules meurent de manière accidentelle, infectant d’autres cellules et entraînant une destruction en chaîne. On parle alors de nécrose pour désigner ce phénomène.

Le plus souvent, la nécrose survient lorsque nos vaisseaux sanguins n’ont plus d’apport en sang. Cela peut se produire comme évoqué plus tôt suite à un accident comme un écrasement d’un bras ou d’une jambe. Des maladies comme la syphilis provoquaient également la nécrose. Cette bactérie attaquait le crâne entraînant un pourrissement de certaines zones de la tête.

Aujourd’hui, ce sont des maladies bien connues qui peuvent causer une nécrose : diabète, manque de cholestérol ou encore insuffisance rénale. Les vaisseaux se rétrécissent et se bouchent, empêchant le sang d’affluer.

Quels sont les symptômes ?

nécrose pied pourri
Crédits: Wikimédia

La nécrose a des manifestations très caractéristiques :

  • Une peau violacée aux extrémités des lésions, voire noire au milieu
  • Inflammation autour de la blessure
  • Apparition de pus due à la liquéfaction des cellules. Ce liquide jaunâtre peut avoir mauvaise odeur.
  • Une exsudation (suintement à travers la peau ou le sang)
  • Dans certains cas, la peau nécrosée peut prendre un aspect gélatineux

Si vous remarquez qu’un de ces symptômes commence à apparaître, rendez-vous au plus vite dans un hôpital, où vous recevrez les traitements adéquats.

Comment la traiter ?

Deux interventions chirurgicales permettent de sauver les membres s’il n’est pas trop tard.

L’angioplastie tout d’abord. Il s’agit pour le chirurgien d’insérer un ballonnet à l’intérieur des vaisseaux. Ce ballonnet est entouré de ce que l’on appelle un stent : un minuscule ressort en métal. Couplés ensemble, ces deux appareils vont élargir les vaisseaux sanguins et rétablir la bonne circulation du sang.

La deuxième s’appelle le pontage. Dans le cas où les vaisseaux sont encore en bon état, un raccordement est effectué. Pour esquiver la partie bouchée, on raccorde le vaisseau à une autre veine se situant ailleurs. De cette manière un nouvel approvisionnement de sang se créée.

La plupart du temps, ces opérations obtiennent de très bons résultats. Cependant, il arrive que les tissus nécrosés et les vaisseaux soient trop atteints. L’amputation reste alors la seule solution pour éviter la gangrène ou une septicémie.