in

Pourquoi la vente libre de chloroquine a-t-elle été interdite en janvier ?

Crédits : Darko Stojanovic - PIxabay

Pour commencer, la choloroquine est un médicament indiqué dans le traitement du paludisme (malaria), de la polyarthrite rhumatoïde et de certains lupus. Jusqu’à la signature d’un arrêté le 13 janvier 2020, le médicament était en vente libre en pharmacie.

La demande d’interdiction du médicament date d’octobre 2019

Cet arreté a été pris avant la déclaration de l’épidémie en Chine, suite à un avis rendu en octobre 2019 par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire. L’ANSS a en effet classé l’hydroxycholoroquine, une molécule dérivée de la choloroquine, dans les substances vénéneuses.

Depuis l’arrêté du 13 janvier 2020, la molécule d’hydroxychloroquine, présente dans le médicament Plaquenil, n’est plus en vente libre. Le patient doit désormais présenter une ordonnance au pharmacien pour s’en faire délivrer, et il doit être suivi par un médecin.

Pour résumer, l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzin, n’a donc rien à voir avec le fait que la chloroquine ait été retirée de la vente libre en janvier.

Attention à l’auto-médication car même si la chloroquine a montré des résultats positifs dans le traitement du coronavirus, le suivi médical professionnel reste de mise. La prise de ce médicament en dehors de tout suivi peut entraîner la mort dans certaines conditions (antécédents cardiaques, prise d’autres médicaments…)

Source : Le Monde

Articles liés :

Confinement : les victimes de violence peuvent envoyer un sms au 114