in

Cancer du testicule : causes, symptômes et traitement

testicules
© Derneuemann / Pixabay
Cancer du testicule : causes, symptômes et traitement
noté 3.4 - 5 votes

Le cancer du testicule faisait encore beaucoup de victimes il y a 20 ans. Aujourd’hui, le traitement contre ce cancer est efficace à plus de 95% à une condition : s’il est détecté assez tôt.

Cancer du testicule : quelles sont les causes ?

Le cancer des testicules est souvent découvert de manière fortuite après un traumatisme (généralement, un coup ou une douleur au niveau des bourses). Une boule ou une masse dure, non douloureuse, apparaît alors.
Les causes précises ne sont pas connues, mais les professionnels ont identifié plusieurs facteurs :

  • Si un membre de la famille a déjà contracté un cancer du testicule, il existe davantage de risque de le développer ;
  • L’origine éthique joue également un rôle, notamment chez les personnes d’origine caucasienne.
  • Le tabac et les problèmes de fertilité peuvent générer la maladie.

Quels symptômes ?

Aujourd’hui, le cancer du testicule est très bien pris en charge avec des taux de guérison avoisinant les 100 % dans la plupart des cas. Il doit seulement être détecté précocement, c’est-à-dire, dès l’apparition des premiers symptômes :

  • douleur, gonflement ou gêne au niveau d’un testicule (ces signes peuvent avoir d’autres causes),
  • découverte d’une masse palpable sur un testicule. “Elle est dure au toucher et le plus souvent indolore” selon l’Institut national du cancer,
  • sensation de lourdeur dans les testicules, accompagnée ou non de douleur ou de gonflement,
  • plus rarement, le développement rapide de seins (chez l’homme), ou gynécomastie.

Si vous ressentez l’un de ces symptômes, consultez rapidement votre médecin traitant afin de procéder à des examens.

Quel traitement existe ?

La première étape pour éradiquer le cancer consiste en l’ablation du testicule malade, appelée “orchidectomie”. L’intervention est réalisée sous anesthésie générale. Une incision est effectuée au niveau du pli de l’aine pour retirer le testicule et les cellules cancéreuses.

Si le patient le souhaite, le testicule enlevé peut être remplacé par une prothèse. L’ablation d’un testicule ne l’empêchera pas d’avoir des enfants. Si les deux sont touchées, le médecin peut procéder à la conservation du sperme du patient avant de commencer une radiothérapie ou une chimiothérapie. Toutefois, moins de 2% de ces cancers touchent les deux testicules.

Il faut compter 2 jours d’hospitalisation et une semaine de convalescence pour se remettre de l’opération. Suite à d’autres examens, l’oncologue saura si seul le testicule est atteint, dans ce cas, la chirurgie peut suffire, mais s’il soupçonne une expansion du cancer et une atteinte des ganglions lymphatiques, des traitements complémentaires seront proposés au patient.

En fonction du stade d’avancement du cancer, le spécialiste dispose de différentes solutions :

  • radiothérapie,
  • chimiothérapie,
  • cisplatine (médicament).

Ce cancer a plus de 90% de chances de guérir si le patient est pris en charge assez tôt. Il n’y a que 2 à 5% de récidive dans les 25 années suivant la guérison. Dans tous les cas, le patient doit être régulièrement suivi pendant 5 à 10 ans suite à la guérison afin de procéder à des examens réguliers (scanner abdominal et thoracique, radiographie pulmonaire, dosage sanguin des marqueurs tumoraux.)

Source

Articles liés :

Douleur et gonflement des testicules : causes et conseils

10 choses que vous ne savez pas sur les spermatozoïdes

Sang dans le sperme : causes et conséquences