in

Le cytomégalovirus (CMV) : causes, symptômes et traitements

©️ Yale Rosen / Wikimedia
Le cytomégalovirus (CMV) : causes, symptômes et traitements
Notez cet article

Non, ce n’est pas le nom d’un dinosaure ou d’un Pokémon, c’est beaucoup plus sérieux. Ce virus peu courant peut s’avérer très dangereux pour les personnes dont les défenses immunitaires sont faibles. Ce qui est notamment le cas des foetus, des très jeunes enfants, et des personnes immunodéficientes. Appartenant à la famille des herpès, quels sont les causes, les symptômes et les traitements de ce virus ?

Les causes du cytomégalovirus

Comme tous les virus, le CMV est une pathologie qui “s’attrape” en contact avec un agent pathogène. Si vous travaillez avec des enfants, vous avez de plus fortes chances de contracter ce virus.
Les femmes enceintes sont sensibles au CMV, de plus une infection peut être très risquée pour leur foetus. Dans la majorité des cas, les femmes infectées le sont pour la première fois. Au vu des risques encourus lors d’une grossesse, les femmes enceintes doivent faire preuve d’une grande vigilance. En effet, en cas de contamination dans les trois premiers mois de grossesse le bébé pourra présenter :

  • Atteintes cérébrales ;
  • Retards mentaux ;
  • Surdité sévère.

Symptômes du CMV

Pour une personne en bonne santé, les symptômes sont discrets et peuvent facilement passer inaperçus. En effet :

  • Fièvre ;
  • Maux de tête ;
  • Fatigue.

Ces symptômes ne sont pas très inquiétants au premier abord. Ainsi, certaines personnes contaminées peuvent parfois être contaminées, et cela sans même le savoir.
Toutefois, si la personne est immunodéficiente, autrement dit que son système immunitaire est faible ou inefficace, cette infection peut s’avérer grave :

  • Atteintes rétiniennes ;
  • Inflammation du système digestif ;
  • Problèmes neurologiques.

De plus, comme dit précédemment, les femmes enceintes peuvent transmettre ce virus au foetus, pouvant conduire à de graves conséquences.

produits bébé couches dangereux
© StockPlanets / iStock

Traitement du virus

Il n’existe pas de traitement au cytomégalovirus à proprement parler, même si des tests sont en cours. Il est toutefois aujourd’hui possible, grâce à une prise de sang, de dépister l’infection. Ce dépistage et la prévention sont des méthodes efficaces.
Pour les personnes en contact avec des enfants de moins de 3 ans, il est effectivement préférable de :

  • Ne pas entrer en contact avec les fluides potentiellement porteurs du virus ;
  • Ne pas goûter les aliments avec la même cuillère que celle de l’enfant ;
  • Ne pas partager les affaires de toilette ;
  • Ne pas prendre de bain avec eux.

De plus, même si les règles d’hygiènes doivent toujours être respectées, il est préférable de bien se laver les mains après avoir changé l’enfant et de laver régulièrement ses jouets.

Les maux (mots) de la fin

Si vous vous inquiétez de ces symptômes si discrets, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin. Il vous conseillera les démarches à suivre.

Sur ce, prenez soin de vous !

Source

Articles liés :

Hiver sans virus : 7 gestes barrières à adopter

Quels remèdes naturels sont sans danger pour les enfants souffrant de varicelle ?

3 huiles essentielles qu’il faut absolument avoir chez soi