in

Sachez-le mesdames, ce geste multiplie le risque de cancer des ovaires

Auriez-vous tendance, comme la plupart des femmes, à nettoyer votre vagin avec du gel ou du savon intime ? Si le savon reste à l’extérieur, pas d’inquiétude à vous faire tant que vous utilisez un gel au pH neutre ou sans savon. Néanmoins, si le produit pénètre à l’intérieur de votre vagin, cela peut être dangereux. C’est ce qu’on appelle communément la “douche vaginale”, qui consiste à injecter de l’eau et/ou un produit pour la toilette intime à l’intérieur du vagin, à l’aide du pommeau de douche ou autre. Bannissez cette habitude, voilà pourquoi !

Vous n’avez pas besoin de douche vaginale

Très prisée dans l’Antiquité, on a longtemps pensé que cette pratique avait des vertus contraceptives, mais la science a prouvé le contraire. Un nombre assez important de femmes pratiquent encore des douches vaginales aujourd’hui, par volonté d’hygiène.

Toutefois, le vagin est un organe très propre puisqu’il a la capacité de s’auto-nettoyer et de se protéger naturellement contre les bactéries et les infections. C’est d’ailleurs la fonction principale de la flore vaginale, constituée de nombreuses bactéries protectrices qui favorisent l’immunité de cet organe. Par exemple, le vagin possède une acidité suffisante (entre 4 et 4,5) pour prévenir le développement des mycoses.

Les dangers de la pratique

Vous n’avez donc pas besoin de nettoyer votre vagin à l’intérieur. Les douches vaginales régulières et les produits nettoyants agressifs augmentent les risques d’infections car ils perturbent l’équilibre de la flore vaginale et altèrent son écosystème en éliminant les bactéries nécessaires à son immunité, rendant votre vagin plus vulnérable aux irritations, infections et mycoses.

Cette pratique est également liée à des risques plus élevés de cancer des ovaires.

Après des années de recherche et d’analyses, des chercheurs du National Institute of Environmental Health Science ont publié leur étude dans la revue Epidemiology. Selon eux, les douches vaginales multiplieraient les risques de cancer des ovaires. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont suivi plus de 41 654 femmes de 35 à 74 ans des États-Unis et de Puerto Rico entre 2003 et 2009. Elles n’avaient pas d’antécédents de cancer du sein, mais avaient des sœurs touchées par la maladie.

Sur les 41 654 femmes ayant participé à cette étude, 154 ont développé un cancer des ovaires. Les femmes qui faisaient des douches vaginales pendant 12 mois avant le début de l’étude constituaient 20% des cas diagnostiqués. Les chercheurs en ont conclu que cette pratique a été associée à une augmentation de 80% du risque de cancer des ovaires.

Et le talc, c’est dangereux ?

Les chercheurs du National Institute of Environmental Health Science ont également analysé le lien entre le cancer des ovaires et le talc. Pendant un an avant l’étude, 12% des femmes diagnostiquées avec un cancer des ovaires, et 14% de celles qui n’avaient pas développé cette maladie utilisaient du talc. Conclusion : il n’y aurait pas de lien significatif entre l’utilisation du talc et le cancer des ovaires.

Conseils d’hygiène intime 

Bannissez définitivement les douches vaginales ainsi que les produits nettoyants spécialement dédiés à l’hygiène intime. Ils contiennnent des produits chimiques dangereux pour votre flore vaginale et peut vous causer des irritations. Lavez-vous la partie externe de la vulve à l’eau. Quitte à utiliser un produit, préférez du naturel, sans produits chimiques.

Source

Articles liés :

Ce qu’il faut savoir sur le cancer des ovaires

Les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques

Qu’est-ce qu’une grossesse nerveuse ?