in

Il décède à cause d’une invasion de larves dans son cerveau

© ramboldheiner / Pixabay

Un jeune homme originaire d’Inde est décédé après avoir mangé du porc mal cuit. L’animal, infesté du ténia, a provoqué chez l’adolescent l’invasion des larves dans son système nerveux. Un cas de neurocysticercose rapporté par le New England Journal of Medicine. On vous explique.

Maux de tête et confusions

Un jeune homme âgé de 18 ans s’est présenté aux urgences d’un hôpital en Inde, se plaignant de crises d’épilepsie, de douleurs à la tête, à l’œil, à l’aine ainsi qu’au testicule droit. Le New England Journal of Medicine rapporte une grande confusion de la part du patient lors de son arrivée aux urgences.

cerveau © NEJM
IRM du cerveau du patient indien de 18 ans. Les nombreuses taches blanches sont des larves.© NEJM

Afin de comprendre la pathologie du patient, les médecins ont décidé d’observer le cerveau du jeune homme à l’aide d’une IRM. Celle-ci a mis en évidence de nombreuses lésions kystiques bien définies dans tout le cortex cérébral (photo de gauche), le tronc cérébral et le cervelet (photo de droite). Ces lésions sont compatibles avec une pathologie appelée la neurocysticercose.

La neurocysticercose

Cette pathologie n’est pas des plus délicate puisqu’elle consiste en l’infestation des tissus musculaires et cutanés par des larves de ténia. Celles-ci sont plus communément connues sous le nom de « ver solitaire ».

La présence de ces vers est dangereuse pour un patient, mais elle se trouve être dramatique en cas d’infestation des yeux ou du cerveau. Si les larves se logent dans le système nerveux d’une personne, c’est là que l’on peut parler de neurocysticerose humaine.

ténia MARY EVANS:SIPA
© MARY EVANS / SIPA

Pour l’homme, c’est principalement l’ingestion quasiment crue de viande porcine contaminée qui provoque l’infestation des larves. La cysticercose chez le porc apparaît lorsque l’animal ingère des œufs de tænia. En mangeant ces porcs, l’homme ingère les œufs aussi. En quelque temps, ces œufs se transforment en larves qui iront se nicher dans les muscles du corps.

Un traitement sans efficacité

Le New England Journal of Medicine rappelle qu’en cas de contamination en grand nombre, les traitements antiparasitaires peuvent aggraver les choses. De plus, la présence de vers et de lésions au niveau de l’œil du patient aurait pu causer une grave inflammation. Celle-ci aurait été telle qu’elle aurait entraîné une perte de vision.

« Par conséquent, aucun médicament antiparasitaire n’a été administré dans ce cas. Malgré le traitement par la dexaméthasone (médicament anti-inflammatoire et immunosuppresseur, ndlr.) et les médicaments antiépileptiques, le patient est décédé 2 semaines plus tard » écrivent les auteurs de l’article.

Source

Articles liés :

Remèdes naturels contre les vers intestinaux

Ver solitaire : causes, symptômes et traitement

Les 10 menaces qui inquiètent l’OMS en 2019