in ,

Le marché des protections menstruelles fait sa révolution

Crédits : iStock / AnSyvanych

En perpétuel renouvellement, les protections menstruelles ont su évoluer pour correspondre aux besoins et profils de toutes les personnes menstruées. Particulièrement au cours de ces 60 dernières années, l’offre en termes de serviettes et tampons s’est tellement diversifiée qu’il y a de quoi en perdre la tête. Aujourd’hui pourtant, l’on observe un changement majeur dans la manière d’aborder les règles et de proposer des protections qui conviennent aux profils concernés.

La longue histoire des protections menstruelles

L’histoire des protections menstruelles est à la fois passionnante et soulève beaucoup de questions. Depuis le temps que la moitié de l’humanité a ses règles durant une majeure partie de sa vie, comment se fait-il qu’aucune solution miracle n’ait été trouvée ?

Puis les 19e et 20e siècles ont vu l’avènement de protections novatrices et révolutionnaires au vu de tout ce que l’on connaissait jusqu’alors en termes de protection périodique : serviettes, tampons, éponge, coupe menstruelle, etc. Tout a été fait pour convenir aux plus de personnes possibles selon leurs besoins.

La composition (très) floue de certaines protections hygiéniques

Mais voilà, il semblerait qu’à mesure que le tabou des règles se dissipe – en tout cas dans certaines sociétés -, l’offre en termes de protections menstruelles questionne quant à sa qualité. Si les tampons et les serviettes hygiéniques sont les stars du domaine, qu’en est-il réellement de leur composition ?

C’est là le hic… Ce questionnement ne date pas d’hier et pourtant, et il est quasiment impossible de le savoir de la part de certaines grandes marques. On peut comprendre pourquoi : en 2018, l’ANSES recensait des pesticides, des perturbateurs endocriniens et d’autres produits toxiques et cancérigènes dans les tampons et serviettes incontournables sur le marché… Aujourd’hui toutefois, beaucoup de sociétés, comme Jho, nous permettent d’en savoir plus sur la fabrication de leurs produits d’hygiène menstruelle.

regles-menstruation
Crédits : LightFieldStudios/istock

Les alternatives aux serviettes et tampons

La cup s’est pendant un temps imposée comme LA solution miracle pour à la fois récupérer le sang menstruel et garder un quotidien sans trop de désagréments de règles. Rappelons que si c’est le cas, elle n’empêche pas le syndrome du choc toxique : comme pour un tampon il est fortement conseillé de ne pas la garder plus de 6 heures d’affilée pour limiter les risques.

De nombreuses autres personnes ont aussi vanté les mérites du flux instinctif libre. Cela consiste à retenir le sang menstruel naturellement, en allant se vider régulièrement aux toilettes. Pratique et permettant d’être en connexion totale avec son corps, cette technique requiert tout de même un minimum d’entraînement.

Pour autant, tout le monde n’est pas à l’aise avec l’idée d’insérer une protection dans son vagin, ni une pro de la contraction du périnée ! Mais faut-il pour autant abandonner les tampons et serviettes ? Pas du tout.

Le bio et la culotte menstruelle, déjà incontournables ?

Preuve que les personnes menstruées sont encore et toujours à la recherche de protections qui correspondent à leurs envies et leurs besoins – qui diffèrent selon chacune -, l’offre en termes de serviettes, tampons et autres produits est en total renouvellement. Respect de la planète et du corps humain sont notamment les deux nouveaux fers de lance qui comptent lors du choix des protections menstruelles.

C’est pourquoi en parallèle, face au silence assourdissant des grandes marques en ce qui concerne la composition de leurs produits, de plus en plus de sociétés décident de faire le choix du bio. Le blog Jho nous permet notamment d’en avoir plus à ce sujet. Serviettes, tampons et protège-slips sont effectivement fabriqués avec du coton bio, de quoi nous rassurer sur l’absence de pesticides !

C’est aussi pourquoi de plus en plus de personnes choisissent de se tourner vers les culottes menstruelles – mais pas n’importe lesquelles. En effet, il est très facile de trouver des culottes, shortys ou encore tangas de règles fabriqués en France, avec du coton bio. De quoi largement justifier leur prix légèrement plus élevé que d’autres marques, non ? Surtout lorsque l’on sait qu’une culotte de règles peut durer jusqu’à 5 ans !